Chronique : 13 expressions qui prennent un autre sens dans la bouche des camerounais

979

13-expressions-camerounaises-jewanda

Hum ! S’il y a bien une communauté qui a un langage spécial, reconnu même au niveau international, c’est bien les Camers. Avec les 242 langues différentes parlées au Cameroun, il fallait bien que les gars en créent une de plus, compréhensible et parlée de tous, enfin presque…

C’est vrai, il y a le français et l’anglais, mais apparemment ça ne suffisait pas, il fallait se démarquer avec le “camerounais” c’est-à-dire un français modifié, déformé, décalé, tronqué, originalisé, adapté, qui parfois veut tout dire, et d’autres fois ne veut rien dire, qui prend son sens dans tel et tel situation, et qui a l’apanage d’être compris et accepté par la plupart.

Bref, parler le français des Camers, c’est un combat … Le site Auletch.com a fait un top 13 des expessions les plus courantes à connaitre absolument et bien sûr avec leur explication et mise en contexte :

  1. « Oui non » : Que celui qui n’a jamais employé cette expression lève le doigt, même les mbenguistes qui mimba là dis-donc ! Le « oui non » c’est un way. Ou c’est oui oh ! Ou c’est non oh ! Man no know mais à un moment faudra se décider. Pour djoum dans le cerveau de quelqu’un, c’est ça qu’on emploie. Et comme ça sauve beaucoup, les Camers adorent ça. Dernièrement, Pépito était face au white qui a épousé sa mère. Jean François lui a posé une question « Beuh … Pépito ta mère t’as remis ton argent de poche ce mois ? » En bon létchois, le gars lui a répondu « oui non ! ». Le white là n’a rien compris. Il a seulement ajouté les dos …
  2. « Ça me laisse ? » : Quand la vie a déjà tapé un Camer aller et retour, il lâche cette expression. Il ne demande pas de le laisser, au contraire. Il n’attend qu’une aide parce qu’en réalité, il est dépassé. Le mboko* a les dents. Il n y a pas le work. Le gars est encore chez ses parents à 30ans avec ses 2 enfants. Mollah c’est dur à expliquer.
  3. « Espèce de villageois » : Ça sent le ndem quand on te dit ça. Au Cameroun, villageois ne veut plus dire personne résidant dans un village. Non oh ! Ça signifie maintenant ignorant, bête, feignant, touh-mbap. Genre tu ne sais vraiment rien sur rien.
  4. « Mon frère, je suis où ? » : Reste là à te demander si c’est une question ou je sais pas quoi ? Le gars veut simplement te dire “est-ce que j’ai l’autre? Est ce que j’attendais même d’abord ça ? Pardon, donne vite avant de changer d’avis !”
  5. « La bonne dame » : Il est 22h ta femme où ta fille n’est pas encore rentrée. Tu entends seulement « Donc la bonne dame n’est pas encore rentrée hein ? OK ! ». Détrompe toi vite. Elle est certes bonne mais qui t’as dit qu’il l’aime trop ? C’est qu’il est terriblement fâché. Le gars ne comprend rien. 22h et elle n’est pas rentrée, elle fait quoi dehors ? Avec qui ? Et qui s’occupe des enfants ?
  6. « N’est-ce pas tu as un peu ? » : Ici alors, c’est pour te dire que tu as l’argent comme le 9*. Tant pis pour la personne qui va entendre ça de ta bouche et croire que tu es foiré. Il n’imagine même  pas le nombre de tournées qu’il va rater en BT*.
  7. « Il m’a manqué le respect » : Boys pleins, wise man, choua man, c’est leur way ici. Tu passes au kwat dans ton système tranquille en direction de la piaule. Juste parce que vos yeux se croisent un peu, les gars du mboko s’énervent. « Péri-frère, tu me manques le respect ? Faut tuer l’esprit là hein ! »

Complétez la liste Wanda People !

Lire la suite sur le site auletch.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here