Comme le dit si bien le vieux proverbe, aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années Wanda Peeps. A moins de 30 ans, ce camerounais a réussi à intégrer l’une des plus grosses institutions scientifiques au monde. Il est le 2 ème camerounais à se faire embaucher à la NASA ! L’aboutissement d’un dur labeur…

Son enfance a été difficile, ce qui ne l’a pas empêché de croire en son rêve Wanda People. Arséne Tema est ce qu’on peut qualifier sans aucun doute de génie ! Né en juin 1992 au Cameroun, c’est à Bafoussam que ce passionné de sciences physiques fait ses premiers pas au sein d’une famille très pauvre, sa mère était célibataire. « Je me souviens encore d’elle, luttant pour nous nourrir tous les jours », explique-t-il.

En dépit de ses difficultés, le gamin n’avait qu’un seul rêve : « devenir un jour physicien ». Il passait ainsi les longues nuits à étudier la physique newtonienne. Grâce à ses efforts, il décroche une bourse de l’ambassade d’Italie au Cameroun qui le sélectionne pour étudier dans une université italienne. Le tournant de sa vie !

Publicité

« J’avais promis à ma mère que je la rendrais fière de moi », se réjouit celui qui est aujourd’hui diplômé en ingénierie nucléaire à l’Université Polytechnique de Turin. Un parcours sans faute !

Diplôme en poche, il décide de s’installer aux États-Unis pour continuer ses études. Le jeune camerounais fait des recherches à General Atomics (GA) pour sa thèse de maîtrise parrainée par le ministère de l’Énergie des États-Unis. « J’ai vécu l’expérience la plus excitante et la plus satisfaisante de ma vie en travaillant avec le groupe de théorie de la fusion de GA », résume le chercheur.

En octobre dernier, il devient le premier camerounais à participer à la réunion annuelle de la division de Physique Plasma. Une opportunité unique qui lui permet de faire une présentation d’une quinzaine de minutes devant les plus grands scientifiques des Etats-Unis !

Il expose notamment sur la régression multivariée non linéaire par intelligence artificielle pour les applications de fusion nucléaire. « Je suis profondément honoré et heureux d’être le premier », affirme le Camerounais pour qui la mission est de s’assurer qu’il ne sera pas le dernier camerounais à réaliser un tel exploit.

À 25 ans, Arsène Tema Biwole fait désormais partie des rares africains appartenant à la NASA. Il a d’ailleurs déjà réussi à trouver « une formule permettant de dévier les turbulences nucléaires ». Son ultime rêve est de retourner dans son pays pour enseigner aux jeunes générations la physique.

Félicitations à ce digne fils du camer !

S.N.B

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here