Il faut avoir beaucoup de courage pour se confier sur certains sujets en public Wanda Peeps. Une américaine de 25 ans a raconté l’histoire de son addiction sexuelle aux internautes. Des révélations incroyables sur des pratiques sexuelles insoupçonnées durant sa vie d’adolescente. Elle conseille… 

L’américaine Monique Price qui a tout juste 25 ans vient de loin Wanda People ! La go a raconté son histoire afin de sensibiliser les autres femmes sur l’addiction au sexe, une maladie qui l’a hantée pendant 10 ans ! Maama la go ne se retenait plus hein…

A en croire cette mère de 4 enfants, elle a couché avec plus de 100 partenaires et a effectué plus de 1000 rapports sexuels ! “j’ai perdu ma virginité à 14 ans, mon appétit démesuré pour le sexe a commencé à 15 ans quand j’ai participé à une orgie sexuelle avec plusieurs hommes. Je prétendais avoir 18 ans. Souvent quand les parents n’étaient pas à la maison, je me lançais régulièrement dans le sexe par téléphone.”

Elle poursuit :

“La dépendance au sexe est comme une dépendance à la drogue, vous faites n’importe quoi pour obtenir ce coup et vous vous fichez de savoir comment vous l’avez ou qui vous blessez. C’est juste cette envie incontrôlable qui prend en charge tout votre esprit et votre corps. Je n’avais pas réalisé que ce que je faisais était dangereux parce que je ne pensais qu’à moi. J’étais définitivement une mauvaise mère, je couchais mes enfants, puis je sortais de la maison pour avoir des relations sexuelles et je ne revenais pas pendant des jours.”

Une maladie qui a failli gâcher la vie de celle qui est aujourd’hui assistante médicale.

“J’ai attrapé des MST qui auraient pu tuer mon enfant à naître et je n’ai quand même pas arrêté parce que mon corps ne voulait pas que je le fasse. J’étais tellement coincée dans un profond trou noir et je ne savais pas comment sortir, je pensais que ma vie était finie.”

Heureusement, elle a rencontré son fiancé, Brandon Lamar Blu, 31 ans qui lui a proposé de l’épouser et de l’aider à surmonter sa dépendance au sexe. Aujourd’hui, elle est en thérapie mais se bat toujours contre l’envie d’avoir des relations sexuelles “au moins six fois par jour” avec son fiancé.

Elle conseille les jeune filles souffrant de cette maladie de mieux s’entourer et de faire une thérapie car la dépendance au sexe peut entraîner de graves conséquences.

S.N.B. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here