On entend souvent l’expression “Village planétaire” pour renvoyer à l’aspect interconnecté de notre monde et au fait qu’il ne faille plus laisser les frontières entre deux pays constituer une limite pour voyager par exemple. En effet, nombreux sont ceux qui rêvent d’un avenir où ils voyageront sans conditions d’un continent à l’autre, et ce fantasme à pousser des plaisantins à inventer une rumeur sur un accord de migration historique entre les États-Unis et le Ghana. Retour de la Wanda Team sur cette étonnante fake news.

Que ce soit au niveau économique ou au niveau politique, le Ghana et les États-Unis entretiennent depuis longtemps d’excellentes relations diplomatiques. Cela se manifeste souvent pas des multiples accords, pas des échanges culturels fructueux et par la nature paisible du ton entre les dirigeants de ces deux nations.

 

Malgré cette fraternité indéniable, les Ghanéens doivent encore passer par une procédure parfois longue pour obtenir un visa et se rendre au pays de Barack Obama. Pire encore, en février dernier des sanctions en matière d’immigration ont été prononcées par le gouvernement américain contre le Ghana. Quand on sait ça, la Wandayante info qui a fait le tour des “zinternets” avant d’être rapidement démentie est d’autant plus surprenante.

De quoi s’agit-il ? De l’information attribuant à Shirley Botchwey – la Ministre Ghanéenne des Affaires Étrangères – la signature d’un accord permettant aux Ghanéens possédant un passeport valide et un casier judiciaire vierge d’entrer librement sur le territoire américain.

Relayée par quelques médias, la nouvelle a rapidement fait le tour de la toile et éveillé les soupçons d’internautes avisés qui se souviennent comme tout le monde des paroles racistes et choquantes du Président américain Donald trump lorsqu’il traitait les pays africains de “Pays de merde”. Le même gars qui a dit ça a signé un accord permettant aux Ghanéens d’entrer chez lui comme si c’était la quincaillerie du quartier ? L’affaire-là a commencé comment ?

L’Ambassade des Etats-Unis au Ghana s’est rendue compte du kongossa qui circule sur son nom et a vite rétabli la vérité en confirmant qu’il s’agit d’une intox. Dommage pour ceux qui planifiaient déjà d’aller au Ghana dans l’espoir d’entrer facilement en Amérique, vous n’avez encore rien vu !

La Wanda Team s’amuse de cette fake news mais se demande tout de même si un jour, de tels accords de migration qui existent ailleurs finiront par impliquer toute l’Afrique, à la manière d’un espace Schengen par exemple. Il n’est pas interdit de rêver !

C.D.E

 

Laisser un commentaire