Home Blog Analyse du match Facebook versus Google+

Analyse du match Facebook versus Google+

2
Analyse du match Facebook versus Google+

Cette semaine, permettez-moi de planter le décor avec ce divers de Facebook Vs Google+. Au lycée, à l’Amphithéâtre, et même à l’Olympia le vendredi et au Katios le samedi soir, on discute du match entre Facebook  et Google+. Je profite donc de partager et de relancer le débat ici.
De nombreux articles ont déjà été publiés sur Je Wanda Magazine (retrouvez un résumé des chiffres-clés sur les réseaux sociaux ici) afin de vous éclairer et apporter des chiffres-clés pouvant agrémenter vos raisonnements à l’occasion. Donc pour éviter de nous répéter, vous trouverez ci-contre, une infographie réalisée par obizmedia.com, qui drafte les chiffres et les faits différenciant ces deux entités.
Créé en 2004 par le désormais célèbre Mark Zuckerberg, Facebook a atteint le chiffre énorme de 500 millions d’utilisateurs en seulement 5 ans, avec un taux de croissance journalier exponentiel. Au point d’avoir réussi à précipiter les rumeurs d’une éventuelle nouvelle bulle internet, dite la bulle 2.0 (celle des réseaux sociaux), conséquence d’une survalorisation des principaux acteurs du web 2.0.
A la même période, Google régnait en maître absolu,  avec 84,7% de toutes les recherches sur le web de la planète. Mais sept ans plus tard, le réseau social est devenu un rival de poids qui a investi sur un terrain oublié par Google. Google+, bâti sur le modèle de Facebook ambitionne donc aujourd’hui de rattraper ce wagon que la firme de Moutainview semblait avoir négligé.
Au-delà des différences qui les caractérisent, le choix à porter sur l’un ou l’autre doit/devrait se faire en tenant compte de leur modèle de conception, de leurs objectifs à long terme et à la place qu’il accorde à l’utilisateur. Parce qu’à quoi bon finalement revivre la saga Netscape/Microsoft (ndlr : où Microsoft, contre vents et marées, avait imposé son Internet Explorer face au Navigator de Netscape. Lire ici) ?
Points communs aux deux firmes
Il semble exister une similarité entre les deux firmes, créés par des étudiants d’une université américaine prestigieuse, en seulement 6 ans d’écart (1998 pour Google et 2004 pour Facebook), avec une capitalisation de 2 milliards de dollars en 5 ans pour un contrôle d’environ 7% du trafic web mondial chacun.
Des modèles différents
Les deux sociétés sont très attachées à la connaissance des faits et gestes des personnes. Et à ce fait, Google a créé un univers autour duquel gravitent une panoplie de services utilisateurs centrés sur la navigation web, de la téléphonie, du recherche de contenu etc. Citons juste quelques produits Google (liste non exhaustive, naturellement !) :
Google Mobile, Google Actualités,Google Images, Google Groups, AdWords, Froogle, Blogger, Gmail, Google Scholar, Google Maps, etc.. (Trouvez ici la liste des produits google et leur date de création ).
Des propositions de service qui n’ont eu de cesse d’augmenter au point de générer aujourd’hui une valorisation de $190 milliards soit 5 fois plus que Facebook, dont le chiffre d’affaires ne représente qu’un quart du bénéfice de son concurrent.
Facebook quant à lui, a consolidé sa position de leader des réseaux sociaux en favorisant la proposition de nouvelles applications aux utilisateurs à travers les certifications “preferred developers” (lire notre article à ce sujet ici) .
Et l’utilisateur dans tout ça ?
En effet, le nerf de la guerre reste l’utilisateur. Google et Facebook se livrent donc une lutte acharnée pour conserver leurs contacts. Quitte à mettre des bâtons dans les roues de son concurrent en l’empêchant d’y avoir accès. C’est ainsi que Facebook a bloqué un outil permettant d’exporter le nom et l’adresse email de ses contacts personnels. Un utilisateur ne peut ainsi pas récupérer sur Gmail ses contacts Facebook pour les ajouter à son carnet d’adresses. En représailles, Google a bloqué la possibilité pour Facebook d’avoir accès aux contacts Gmail. Avec un message bien senti à l’attention de ses utilisateurs qui essayent d’importer leurs contacts Gmail vers Facebook: «Attendez un instant. Êtes-vous bien certain que vous voulez importer l’information de vos contacts dans un service qui ne vous laissera pas les sortir?». Dur, dur la guerre des réseaux sociaux !
Alors Wanda People, qui choisir ?
Voici une infographie réalisée par Guy Kawasaki, représentant un arbre de décision assez drôle qui pourrait sans doute vous aider si le choix n’est toujours pas fait !

 

POSAH

2 COMMENTS

  1. @ropib ! , le graphe en question n’est pas rigide. Sa nature déjà assez drôle, exprime juste avec humour (dslé de le répéter !) combien le choix d’un réseau social est assez stressant et amusant à la fois. un arbre de décision est comme un automate à état fini, bref il ne peut intégrer en son sein tous les paramètres tels que ceux liés à la psychologie, à l’environnement, à l’ergonomie etc.. (il y en a tellement). Je suis d’accord sur ton avis sur la messagerie, c’est sans doute d’ailleurs pourquoi de nombreux éditeurs les intègrent dans leur plateforme, mais en même temps il faut bien continuer à proposer de nouveaux services aux utilisateurs, d’où facebook, twitter, les services google etc..sinon on se fait avaler par plus gros que soi: le preuve yahoo.

  2. Dans le graphe proposé, imaginons que mes amis et ma famille ne soient pas sur GMail et qu’ils ne veuillent pas l’être… comment se fait-il que Facebook soit la solution ? Ils n’y sont peut-être pas non plus, sans pour autant avoir envie de m’y rejoindre non plus, ou bien ils y sont inscris mais ont carrément oublié de quoi il s’agissait (comme la plupart des inscrits sur facebook). J’ai bien peur, hélas, que pour bon nombre de personnes, avoir des interactions sur le web ça passe encore par la messagerie… je sais, c’est triste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.