Home Lifestyle Fashion & Style Beyoncé en reine d’Afrique – L’Officiel à côté de la plaque !

Beyoncé en reine d’Afrique – L’Officiel à côté de la plaque !

3
Beyoncé en reine d’Afrique – L’Officiel à côté de la plaque !


On vous parlait dernièrement (lire article), Beyoncé était annoncée pour faire la couverture du magazine français “L’Officiel” qui fêtait ses 90 années d’existence.
Shooting magnifique, la jeune chanteuse de R&B y est rayonnante comme à son accoutumée. Savant mélange entre mode d’inspiration africaine et mode occidentale. De ce côté là, je donne 20/20 ! Visuellement, nous sommes comblés, et cela, nous n’en doutions point.
Mon interrogation, irais-je même jusqu’à dire, mon inquiétude à l’annonce de cette couverture était de savoir comment ces chers messieurs et mesdames de L’Officiel allaient-ils traiter le sujet. Serait-il traité de façon pertinente ? A savoir, on parle de reine d’Afrique, a-t-on fait appel à ne serait-ce que quelques designers africains ? Ont-ils mis la mode africaine en avant pour la découvrir ?
La réponse est sans appel, à mon sens, c’est NON ! Et, c’est là que L’Officiel s’est complètement, pardonnez-moi l’expression, “viandé” ! Pourquoi ? Je m’explique.
Comme je l’ai dit d’un point de vue, artistique, visuel, je suis comblée, le shooting, le stylisme sont vraiment réussis ! Il y a de l’audace, des mélanges qui font plaisir à voir. Des coiffes magnifiques attachées comme seuls les africains savent le faire, des bijoux africains, ses coiffures, le maquillage. Bref, je ne dirais pas le contraire, je Wandore ! Ceci étant…
Tout d’abord, précisons qu’en lisant l’article on apprend que la fameuse histoire de reine d’Afrique vient de Beyoncé qui a pris cette thématique comme référence visuelle et culturelle pour son album (eeeeh B., il n’y a que toi !). Thématique qui dit-elle l’a beaucoup inspirée. Elle dit d’ailleurs être fière de représenter son histoire, entendons ses racines ancestrales africaines (eeeeeh ma B., tu m’enjailles de plus en plus !). “Quand l’équipe de L’Officiel m’a parlé de ce shooting, je vous jure que 60-70% des images qu’ils ont retenues comme inspiration étaient les mêmes que celles que j’avais collectionnées pour mon album. Je suis tellement fière de représenter mon histoire. C’est royal !” (Entre nous, qu’ils y aient pensé tous seuls m’auraient étonnée !). On y apprend également, que sa mère, Tina Knowles, styliste de House of Deréon lui a confectionné une robe faite de “tissus de différentes tribus africaines”, je vous traduis, du pagne et du bogolan. Superbe robe d’ailleurs au passage. D’autre part, la référence à Fela Kuti vient également de Beyoncé qui dit avoir été à un concert de l’artiste et qu’elle adore. Entre parenthèses, cet engouement du couple Carter pour Fela m’intrigue. Jay-Z aurait-il financé la comédie musicale du même nom  (Comédie musicale de Broadway) ? Bref…

Ce que je reproche à L’Officiel, c’est le manque de “jusqu’au boutisme”. Alors, je veux bien que le chiffre d’affaires des magazines de mode se dégage beaucoup du shopping de grandes marques (le fait d’habiller le modèle d’un article peut parfois être payé par la marque), mais il s’agit quand même d’un magazine de mode. Votre travail est tout bêtement de montrer. Alors vous convenez d’un shooting avec la grande Beyoncé, sur le thème des reines africaines, je ne sais pas moi, prenez 1 ou 2 designers africains ! Un peu de pertinence bon sang ! Qu’il y ait des masques, et quelques oeuvres tribales d’Afrique, du pagne de Vlisco (hollandais cela dit, mais bon du pagne quand même), ok soit admettons, good, mais vous faites de la mode. Allez jusqu’au bou de la démarche. 1 ou 2 articles faits par des designers talentueux africains, c’est tout de même pas compliqué ! Sans doute que Beyoncé a du y mettre son grain de sel, et exiger certains articles ou marques, mais j’estime que L’Officiel aurait dû apporter un plus en proposant 1 ou 2 pièces authentique.
Je sais bien que la thématique n’était pas la mode africaine, et que leur but dans la vie n’est pas de la faire découvrir, mais le contexte voulait selon moi, que l’on fasse appel à des talents d’Afrique. Et de plus, l’Afrique a le vent en poupe, donc même d’un point de vue tendances L’Officiel aurait été dans le coup.
En somme, je salue la forme, le rendu du travail, mais je déplore le fond.. Donc, beaux clichés qui mettent tout de même à leur façon (originale) l’Afrique à l’honneur. Mais, je dirais qu’on est tout de même jamais mieux servi que par soi-même, car même si Beyoncé donne l’occasion de mettre l’Afrique en lumière, il devrait y avoir également plus de stars d’origine africaine oeuvrant pour le rayonnement de l’Afrique sur la scène internationale. Et ce par des actions toutes simples mais qui sortent un peu des clichés (cf humanitaire etc.).
Ceci est naturellement l’opinion purement subjective d’une profonde panafricaniste et qui s’assume comme telle. A bon entendeur…

FELA KUTI : Né Fela Hildegart Ransom le 1938 à Abokuta et mort en 1997. Il a fondé l’organisation ” République de Kalakuta” au nigéria son pays, c’était un homme engagé en politique, un défenseur de son peuple, mais aussi un artiste inspiré. Il inventa notamment l’afrobeat, mariage des genre entre l’afro-américain du funk, le jazz et les musiques traditionnelles du nigéria ainsi que des rythmes yorukas.


 

 

 

 

 

 

 

 

Previous article Chris brown pète les plombs après une interview !
Next article Coca Cola : Edition limitée Daft Punk
Céline Victoria Fotso ou l'esprit créatif. Femme d'affaires, designer, community manager ou architecte événementielle, telles sont les multiples casquettes de Céline Victoria Fotso, fondatrice de Je Wanda Magazine. Riche de ses expériences multiples, cette diplômée en marketing de l'Ecole Supérieure du Management de l'Entreprise à Nice et de l'Académie des Arts et du Design de Montréal, se consacre depuis trois ans à bâtir un pôle d'activités créatives tourné vers l'Afrique. Ainsi, après avoir collaboré au sein des services marketing et commercial d'enseignes de renom telles que Yves-Saint Laurent, Michaël Kors, Smalto, ou encore Réminiscence, cette passionnée de culture, d'Afrique aux goûts éclectiques finit par créer Je Wanda & Co, un concept nouveau à mi-chemin entre le web, l'événementiel, la mode et la communication. Véritable fruit de sa brillante inventivité, et de son insatiable fascination pour les individus et la mixité des cultures. Son rêve : Incarner une Afrique jeune, moderne et en mouvement, loin des multiples stéréotypes négatifs récurrents. Autrement dit, montrer une Afrique résolument positive qui ose.

3 COMMENTS

  1. je trouve que c est trop bas de traiter quelqu une de la sorte.si elle exprime ses origines allez tous vous cacher si ça ne vous plait pas!ça c est quoi?c est une honte d accepter ce qu on est?si être noir et africaine c est une honte alors t es bon por l enfer.tiens ta langue avant de dire du n importe quoi.il lui fallait du courage et elle en a eut plus que ce courage là.courage bee,tous avec toi.que les morveux aillent se moucher.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.