Home A la Une Chronique : Ces anciennes publicités racistes

Chronique : Ces anciennes publicités racistes

1
Chronique : Ces anciennes publicités racistes

publicite-raciste-epoque-jewanda-3

Wanda People, l’on se demande parfois d’où provient ce complexe de la couleur qui mine encore les nôtres aujourd’hui. Et bien vous conviendrez qu’en voyant ces deux publicités américaines d’une autre époque certes, mais racistes de surcroît, on peut apercevoir un début de réponse.

Nous avons oublié, qu’il fut un temps, voilà ce à quoi étaient exposés les noirs. Oui, bien sûr il s’agit des USA, mais, on peut à juste titre spéculer que par ici chez nous, a été fait le même genre de  propagande destructrice, de lavage de cerveau. Et, oui, que représentions-nous à l’époque ?

publicite-raciste-epoque-jewanda

Cela vous parait trop gros aujourd’hui, mais il fut était temps, ce genre de publicité était tout ce qui avait de plus normal.

Imaginez une population exposée à cela sur des générations dès l’enfance, quels dégâts pensez-vous que l’on puisse constater au final ?

Ici, le message est clair. « Le noir est sale », « Le blanc est propre ». Et le « noir clair » est mieux que le « noir foncé ». Quand on dit que la publicité est dangereuse…

Franchement, il n’y a aucune différence avec les pub pour produits éclaircissants que l’on voit de nos jours. Ne vous y trompez pas Wanda People, il s’agit du même message. Juste un peu mieux présenté, un peu plus « glamourisé », avec de créatures plus aguichantes mais surfant toujours sur ces blessures profondes qui  nous meurtrissent encore.

C’est pourquoi l’on ne peux jeter la pierre à toutes ces pauvres utilisatrices de ces crèmes, j’éprouve plutôt beaucoup de compassion et de tristesse à l’endroit de ces femmes qui malheureusement ont peut-être grandi dans un environnement qui n’a pas assez valorisé leur beauté. Les pauvres ont du grandir face à certaines images dites des canon de beauté. Ces chanteuses de bikutsi adulées (qui pourtant y ont recours une fois le succès venu), ces Michael Jackson (oui, oui il faut l’avouer) et autres personnalités à la visibilité (trop?) importante.

publicite-raciste-epoque-jewanda-2Je pointerais plutôt du doigt toutes ces marques de cosmétiques surfant sur le mal-être causé par une Histoire douloureuse pour le bien de leurs fonds de caisse. Pire, ces starlettes en mal de médiatisation qui se postent en égérie de la mort à petit feu, orchestrant des campagnes d’évangélisation pour quelques parutions dans la presse. Pathétique. Mais il faut bien des médiocres pour reconnaitre qu’il y a des meilleurs.

L’Histoire, c’est le passé, nous ne pouvons rien y changer, mais nous en subissons toujours un peu les conséquences aujourd’hui, parfois beaucoup. A nous, de nous défaire de cet héritage, ces bagages trop lourds qui ne font que ralentir notre ascension.

Prenons conscience, sensibilisons, soignons-nous, et surtout, guérissons… Car même si cela fait partie de notre Histoire, il n’est pas écrit que nous devrions en être prisonniers, en tout cas pas éternellement.

C.V.F

Previous article Clip : “I Luh Ya PaPi” – Jennifer Lopez ft. French Montana
Next article People : Katy Perry se fait rembarrer par Lorde !
Céline Victoria Fotso ou l'esprit créatif. Femme d'affaires, designer, community manager ou architecte événementielle, telles sont les multiples casquettes de Céline Victoria Fotso, fondatrice de Je Wanda Magazine. Riche de ses expériences multiples, cette diplômée en marketing de l'Ecole Supérieure du Management de l'Entreprise à Nice et de l'Académie des Arts et du Design de Montréal, se consacre depuis trois ans à bâtir un pôle d'activités créatives tourné vers l'Afrique. Ainsi, après avoir collaboré au sein des services marketing et commercial d'enseignes de renom telles que Yves-Saint Laurent, Michaël Kors, Smalto, ou encore Réminiscence, cette passionnée de culture, d'Afrique aux goûts éclectiques finit par créer Je Wanda & Co, un concept nouveau à mi-chemin entre le web, l'événementiel, la mode et la communication. Véritable fruit de sa brillante inventivité, et de son insatiable fascination pour les individus et la mixité des cultures. Son rêve : Incarner une Afrique jeune, moderne et en mouvement, loin des multiples stéréotypes négatifs récurrents. Autrement dit, montrer une Afrique résolument positive qui ose.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.