Chronique : « Coeurs de lions Peaux de panthères » – Krotal garde sa verve venimeuse

0

krotal-on-a-tous-des-soucis-jewanda

Le dernier album « Coeurs de Lions Peaux de Panthères » du célèbre rappeur camerounais Krotal vient de sortir, alors l’on se devait de le décortiquer…

Du nom d’un des serpents les plus venimeux d’Amérique du Nord, Paul Edouard Etoundi Onambele dit Krotal ou Polo pour les intimes est un artiste camerounais dont le verbe, la verve et le venin forcent le respect. J’avouerais que c’est le premier artiste, rappeur Camerounais grâce à qui j’ai découvert la quintessence du Rap à l’Africaine, pur, magique et anomal. Tout amateur de Rap Camerounais a fredonné et connaît un de ses titres parmi les classiques tels que « Jamais », « Tara » ou « Vert Rouge Jaune ».
Krotal c’est avant tout une plume acérée qui tranche avec la faiblesse du bagou et l’authenticité de certains autoproclamés rappeurs qui essayent tant mal que mal de faire du rap français à la sauce Camerounaise. Parce qu’il faut le dire avant Jovi dont les instruments et le phrasé respirent le Cameroun et l’Afrique il y avait ce cher Polo..

Eclectisme et ouverture d’esprit

Publicité

Après « Vert Rouge Jaune », « La B.O de nos life », il nous propose aujourd’hui un nouvel album, son troisième : « Cœurs De Lions Peaux de Panthères ». Il faut souligner et saluer l’éclectisme ainsi que l’ouverture d’esprit d’un point de vue artistique de cet album. Il s’ouvre sur un titre dont la musicalité est aux antipodes des codes du Rap : « On a tous des soucis ». Tout comme il nous gratifiait de liquoreuses mélodies en Lingala sur le titre « La B.O De Nos Life » tiré de l’album éponyme, ce nouveay projet débute sur ce titre à la mélodie entêtante. Il réussit de façon rusée un grand écart artistique, en s’essayant à d’autres choses. Après avoir habitué nos oreilles à la magie de langue ewondo où Bulu qui revient très souvent dans ses chansons.

Royal comme l’aigle j’ai enfilé ma peau de panthère déployé ma lionne crinière du fin fond de ma cacaoyère Krotal, I Di Find My Gar. »

Les titres « Enying » et « Cœurs de lions Peaux de Panthères » sont portés au firmament par de très beaux refrains en langue Bantou. Le métissage musical prend la forme du Dubstep pour revenir sous la forme de balafons puissants ou encore des mélodieux riffs de guitares comme sur le titre « No Money ». Cependant les grosses productions inhérentes au genre musical ne sont jamais bien loin; je pense aux titres « Cameroun Na Yah », « Excellent » en featuring avec la Sexion d’asssaut et H Magnum.

Mvog Ada ma jungle Mvog Ada mon trône, guerrier sans glaive, la guerre dans les chromosomes, Ongola est un royaume j’ai hérité de sa couronne. Krotal, Coeurs de Lions Peaux de Panthères »

De multiples collaborations, la nouvelle scène urbaine camerounaise n’est pas en reste

Au-delà des mélodies et des textes qui sont les points forts de cet album il est important de mettre l’emphase sur les collaborations de cet album. La collaboration la plus notable est celle réunissant les membres du groupe Sexion D’assaut qu’on ne présente plus. Sur une instrumentale dont les ondes pourraient afficher 7 sur l’échelle de Richter, on renoue avec le plaisir d’écouter Lefa ‘’kicker’’. On peut affirmer à n’en point douter que cette collaboration est une excellente chose pour le hip-hop Camerounais, et c’est probablement l’une des plus belles choses qui se soit produite depuis l’invention de la poudre à canon (rires).

Trop tôt pour beaucoup c’est le ghetto, sur les guéram babylon a mis un véto, ça ne sert plus à rien petit que tu te lèves tôt l’avenir appartient ici à ceux qui se baissent tôt Krotal Na yah »

Krotal fait la part belle à la nouvelle génération de la scène urbaine camerounaise, c’est ainsi qu’on peut écouter la chanteuse Reniss ou encore Killamel, Z-lex, Magasco dont la voix de velours sur le titre « I Di Find My Gari » séduira plus d’une personne. On retrouve aussi les cadors tels que Boudor ou encore Tony Nobody. Cet album est un vrai voyage musical.Force est de constater qu’on est tellement envouté qu’on arrive même à apprécier le texte de Bashiru en featuring sur le titre « Faut Pas jouer » sans toutefois comprendre un mot de ce qu’il dit. La technique est tellement au rendez-vous qu’on se dit que de toutes les façons ça doit forcément être profond ce qu’il dit. C’est aussi ça la magie de la musique, se laisser emporter et apprécier l’inconnu.

Pour pouvoir m’élever, j’ai gardé les pieds sur terre, j’ai dû fermer les yeux pour y voir plus clair, j’ai pu voir en nous tous le dieu qui sommeil, comprends que mon éveil je l’ai atteint dans mon sommeil. Krotal, Enying »

La verve venimeuse intacte

Le joli travail musical et le nombre peu élevé de titres confèrent à cet album un côté minimaliste ; rendant par voie de conséquence l’écoute agréable. Depuis ses débuts Krotal prend soin de dépeindre une Afrique qui malgré la morosité ambiante continue de rêver. Avec tout simplement deux albums sur le marché, il a préféré privilégier la qualité à la quantité. En effet les textes sur ce projet sont très puissants, ils parlent du Cameroun sans angélisme, réussissant ce véritable tour force de ne pas verser dans le sanglot permanent. Car malgré les difficultés, il explique qu’il y a des raisons d’espérer. Cet album c’est celui de l’afrocentrisme, l’afroptimisme. C’est la preuve par l’exemple qu’au même titre que les américains possèdant leur jargon, les français leur singularité, il est possible de faire du rap camerounais dont l’originalité se trouve au coeur des traditions musicales africaines.

Assis sous l’arbre à palabre à les écouter déballer, obligé de faire appel au vin de palme pour m’éclairer, Krotal, Coeurs de Lions Peaux de Panthères

J’ai décidé d’attribuer 4 balafons à cet album pour de multiples raisons. D’une part eu égard à la grande qualité des textes qui décrivent les réalités parfois cruelles et amusantes de la vie. La dualité des esprits déchirés entre le mystique des traditions ancestrales et la raison cartésienne. Dans cet album il y a une grande variété et richesse sonore, ceci apporte beaucoup de couleurs et de douceur à l’écoute. Autant de raisons d’écouter, de découvrir ou de redécouvrir Krotal, et surtout lui apporter notre soutien afin qu’il gagne le concours lancé par la radio RFI, tous à nos claviers, tous avec Krotal.

Votez pour soutenir Krotal ici
Lire aussi : Wanda-powa : tous derrière Krotal en hommage a l’un des pionners su hip-hop camerounais
Lire aussi: Wimbo Kasi : Rap camerounais, esquisse d’une trajectoire, état des lieux

Légende
1 balafon : mauvais album
2 balafons: Album moyen
3 balafons: Album prometteur
4 balafons: Bon album
5 balafons: Classique

« Au-dessus comme en dessous je suis un poète Bulu, venu de la forêt équatoriale appelle moi Shaka-Bulu, Ayriq Akam, Bienvenue Au Cameroun. »

SANDUO.N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.