Home A la Une Chronique : Ils sont Camerounais …et “Suicidaires” ? – Chouchou Mpacko

Chronique : Ils sont Camerounais …et “Suicidaires” ? – Chouchou Mpacko

0
Chronique : Ils sont Camerounais …et “Suicidaires” ? – Chouchou Mpacko
niggas-in-douala-camerounais-qui-rentrent-2

Plantons le décor : ceci n’est en aucun cas un article politique, ceci ne généralise pas les mots concernant la diaspora car les témoignages recueillis ont pour source des jeunes camerounais, résidents en Occident ou qui sont revenus s’installer au Cameroun après un long séjour, ou sont sur le point de le faire.

Le 20 Mai… Fête de l’unité de la République du Cameroun.

Rappelez-vous quand nous étions plus jeunes, la célébration du 20 Mai était un mélange de peur, du respect de l’autorité, d’amour du « vert-rouge-jaune ». On prenait du plaisir à aller défiler, ou à regarder la célébration en direct sur la TV Nationale. On pouvait être pris au saut du lit et se mettre à réciter, -les yeux encore embués de sommeil- les noms des Ministres, des 10 régions –provinces d’antan-. Bref à l’époque, les mots PATRIE, UNITE, NATION avaient une signification pour nous, même si on sautillait encore en caleçons fleuris sous la pluie.

Une vingtaine d’années plus tard, on est tombé sous le fardeau de la mondialisation et des réseaux sociaux, et biensûr du fait que ceux-ci donnent un force surhumaine à certaines personnes qui considèrent que la Nation, tant qu’elle n’est pas un paradis sur terre, n’a aucun besoin d’être glorifiée… voire respectée.

Bon je raconte, je gambadais comme d’habitude sur le réseau social Facebook et je tombe sur une publication dont voici la quintessence « Celui qui a vécu en Occident et qui repart s’installer au Cameroun est un suicidaire ».

niggas-in-douala-camerounais-qui-rentrentDéjà je m’arrête et je me dis «C’est du sarcasme, donc je laisse couler ». Mais au vue de l’acharnement des personnes qui soutiennent par la suite que « Il n’ya plus d’espoir au Cameroun » là je reste bouche bée et  je tiens à exprimer « légèrement » mon avis car le camerounais n’est pas seulement celui là qui observe, mais aussi celui qui se permet de remettre les idées en place et agit.

Chouchou a parlé et pense ceci :

En cette célébration de l’unité nationale,
Je me suis rendue compte que:
1- Etre allé à l’école n’est en aucun cas un gage de grandeur cérébrale,
2- Avoir pris l’avion pour résider en Occident…..peut détruire le peu de méninges qui reste à un être humain,
3- Avoir été frustré au Cameroun, car on a pas pris la peine de se battre à développer le continent pour ensuite FUIR et s’expatrier….donne des ailes à l’être humain,
4- Devoir tenir une conversation intellectuelle avec ceux là qui décident ouvertement que la seule raison pour la quelle un camerounais décide de retourner vivre au pays est parce qu’on lui a refusé ses papiers …..est une perte de temps maximale
5- Il ya urgence à retirer la nationalité camerounaise à une certaine catégorie d’individus au profit d’une nationalité européenne, car ils trouvent que le camerounais, qui a les moyens d’aller vivre en Europe et choisit de rester au Cameroun est un Suicidaire.
6- S’expatrier est un choix, revenir au Cameroun après un long séjour en Occident en est un tout aussi louable.
7- Enfin, garder les pieds sur terre, ne jamais oublier d’où l’on vient, ses origines pour savoir où l’on va, prendre un peu de sa conscience et se dire , «des dix doigts qui formeront la paire de mains qui va aider le Cameroun à émerger….L’un de mes doigts fera partie de la machine».

Je n’ai pas l’intention de ramener tous les noirs en Afrique, car il y’en a qui ne servent à rien ici et de toute évidence ils ne serviront à rien la bas. [ Marcus Garvey ]

Marcus Garvey

Non mais Marcus tu serais vivant que je viendrais te poser l’incontournable question « Tu bois quoi ? ». Il a tout dit hein.

Mais pourquoi stigmatiser autant ce camerounais qui a vécu en Occident et prend sur lui de rentrer dans son pays, par amour de la patrie, bien qu’ayant un projet sur le long terme ? Je me suis dit , Chouchou peut être te faut il des cas concrets dans ton argumentaire. J’ai donc marché, fouillé et voici quelques témoignages de Camerounais vivant uniquement en Occident :

J’ai demandé à un responsable du service réseau d’une grande société aéronautique de la place pour quoi il a choisi de se « suicider » en revenant au Cameroun, il m’a répondu « Jai grandi en Europe, et y au reçu mon éducation, il ya quelques années j’ai décidé  de revenir au Cameroun, après un premier échec cuisant, j’ai à peine tenu 4 mois et je suis retourné en Europe. Mais fort de mon cursus, j’ai fait demi tour et aujourd’hui je suis bien implanté et en projet de créer ma société d’informatique. » Bien évidemment Jean Francis Ahanda  prône le fait de revenir la tête sur les épaules, car ses échecs précédents lui ont ouverts les yeux.

Olivia Ervi , styliste modéliste camerounaise, ayant une boutique à Cannes et elle m’a répondu «  Si je pouvais vivre ici, je le ferai sans hésiter, des fois résider en Occident c’est pour la qualité de vie et les opportunités premières. Mais je suis dans une logique certaine de revenir m’installer au Cameroun dans le but de créer des emplois »

Franck Ndongo, Basketteur Camerounais résident aux USA, m’a dit,  «  j’ai eu mon Master en Business Administration  ici aux Etats Unis tout en poursuivant ma carrière de basketteur professionnel, OUI il ya urgence de faire bouger les mentalités au Cameroun, Oui c’est navrant lorsque l’on voit des projets être bloqués à cause de lourdeurs administratives, mais j’insiste, le Cameroun n’est pas un pays désespéré, c’est un pays d’Opportunités. L’acquisition ou pas de ses papiers à l’étranger n’a rien à voir avec le retour d’un valeureux camerounais dans son pays. Copions les exemples de développement de certains pays d’Afrique, laissons les jeunes implanter leur projets et nous aurons ce Cameroun dont on rêve tous. J’ai des projets d’investissement pour mon pays et je reviendrai les mettre en place ».

Andrea Bomo – Akouma TV

J’ai demandé à Andrea Bomo, qui a poursuivi ses études supérieures en France, elle a eu la possibilité de s’y implanter, mais elle a choisi de revenir car «  J’ai vu plus de perspectives en Afrique, qu’en Europe, de plus, jamais je n’ai eu l’intention de finir ma vie en France, pour moi l’avenir réside au Cameroun, le mien ». Pour savoir ce qu’elle est devenue plus tard =è Akouma.tv

J’ai demandé à Gladys Otou, comment a-t-elle pu choisir la voie du « suicide » elle m’a répondu «  j’ai juste eu  à peser le pour et le contre et j’ai trouvé qu’il y avait plus d’avantages pour moi au Cameroun. Mariée et mère, je réside au Cameroun et je m’y sens très bien, mieux qu’en Occident ». Gladys Otou est aujourd’hui à la tete de «  Done Care » (Google est un tres bon ami pour ceux qui veulent plus d’informations).

Olivia Mukam qui a pu avoir son nom parmi les jeunes africains les plus influents nous rapporte que « Je pense que c’est ceux qui ne s’y connaissent pas et qui ont encore une misconception du pays. Les expatriés, et les grandes compagnies viennent en Afrique en masse par ce que c’est la seule région ou les compagnies peuvent faire 30-40% de retour sur investissement. Si les africains n’arrivent pas a voir le potentiel économique de nos pays, c’est qu’ils sont aveugles. »

Ebène DutaLa liste des personnes qui m’ont envoyés leurs témoignages est longue, Elyon’s, Auteure de Bandes dessinées est de retour au Cameroun après avoir puisé ce qu’elle avait à prendre de l’autre coté et a choisi se passer le savoir en matière de BD directement au Cameroun.  Pamela Ottou a une expérience de plus de 10 ans en France et a sa carte de résident en poche…pourtant en plein quartier populaire de Yaoundé, elle a décidé d’y implanter un institut de beauté. Marcelle n’a passé que 10 ans au Cameroun étant enfant… pourtant en Aout 2013, embarquera définitivement avec mari et enfants pour le Cameroun. Son projet bien en poche et en place. Styve a reçu du Canada son éducation supérieure, a eu la possibilité de résider dans ce pays, mais est revenu développer le milieu des assurances au Cameroun, et y arrive très bien. Il précise que « des pensées pareilles viennent de personnes dont l’éducation a été biaisée dès la base. Je bénéficie ici au pays de conditions de vie que très peu ont en Occident. Celui qui rentre au pays après 6-10 ans d’études et autres pose un acte citoyen ; il n’est pas rentré par force Non ; il rentre parce qu’il croit en son pays et son potentiel »

Je pourrais citer tous les témoignages reçus mais pardon je ne vais pas non plus remplir d’encre le blog des gens. Ils sont nombreux ces exemples, mais tous ont précisé que revenir est un choix, qui ne doit pas être pris à la légère. Se réinstaller au Cameroun est un challenge difficile à relever, mais réalisable, et qui n’a souvent rien à voir avec des probables papiers ou nationalité à obtenir

Ma question est la suivante : Pourquoi stigmatiser ces Camerounais qui ont prix la peine de ficeler leur destin et de revenir s’implanter au pays ? Etre un camerounais de la diaspora n’est pas un fléau, surtout si l’on sait d’où l’on vient et sait quels sont les objectifs à atteindre. Mais souffrons aussi qu’un camerounais « adepte du suicide » puisse repartir dans son pays, en laissant un chauffeur, une villa,  et même une nationalité à portée de main, et en ayant un projet viable pour son pays »

Permettez qu’il y ait encore une tranche de camerounais soucieux du devenir de la Nation. Ces camerounais sont à l’étranger ou pas, mais pensent que leur pays mérite mieux que des injures et surtout , leur Cameroun, tout comme tout le continent est le nouveau eldorado économique parce qu’ici…. TOUT EST ENCORE POSSIBLE.

Source : Chouchou Mpacko

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.