Chronique : Je suis noir, chrétien et je ne hais pas les homosexuels (oui ça existe !)

0
95

Chronique-Je-suis-noir-chrétien-et-je-ne-hais-pas-les homosexuels-oui ça existe-jewanda

Comme ça c’est dit et cela a le mérite d’être clair ! Être régi par la force séculaire des traditions et un attachement sans failles à des convictions religieuses n’empêche pas d’être porteur d’un message qui peut paraître surprenant pour certains mais qui est loin d’être utopique : celui de l’amour et de la tolérance. Je veux à travers cette chronique faire une analyse critique, en toute sincérité et en toute humilité. Ma réflexion sera faite suivant  trois axes. Je préfère d’avance avertir afin que les choses soient claires, je ne fais aucunement l’apologie de l’homosexualité. Je critique avec toute la virulence possible le comportement moyenâgeux qui s’exprime par une haine et une détestation primaire de ces homosexuels dont ont oublie souvent qu’ils sont humaines comme nous n’en déplaise à certains, et ça on ne peut pas le leur retirer !

POURQUOI TANT DE HAINE ?

Il y a des sujets difficiles à traiter, celui-ci en est un. Des sujets face auxquels notre réflexion critique est noyée dans l’océan de la pensée commune et les sinistres catacombes d’un certains mimétisme social aux relents nauséabonds.

Le postulat de départ peut paraître anachronique tant le lynchage psychologique, médiatique, social et parfois physique dont sont victime les homosexuels est diamétralement opposé à mes origines africaines. La sempiternelle ritournelle qui voudrait que la tradition africaine exècre l’homosexualité, et que ce soit disant mal, maladie ou abomination soit une invention des pays du Nord est une ânerie, une belle balourdise. A chaque époque ses maux et la sottise qui savamment la nourrit. Le siècle des lumières (et bien après) et l’esclavage défendu par ces hommes de lettres que j’admire tant – Voltaire, Maupassant, Montesquieu – et au sujet desquels il m’apparaît primordial de faire une dissociation distincte entre leurs talents  respectifs et leurs convictions nauséabondes. Les années 80 et le sida avec déjà la communauté homosexuelle dans le viseur en tant que bouc émissaire. Aujourd’hui c’est la haine pure et simple de ces derniers du simple fait d’une orientation sexuelle.

Ebenezer Njoh Mouelle dans son best-seller, “De La Médiocrité A L’excellence”, attirait déjà notre attention au sujet la pauvreté mentale et spirituelle. Cette pauvreté mentale est à mon sens aujourd’hui encore plus que jamais d’actualité  à propos de cette mode sociale prônant la sombre culture de la haine. Je rejoins le Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu et bien d’autre qui soulignent le fait qu’il n’existe aucun fondement scientifique ni moral eu égard aux discriminations dont sont victimes les homosexuels. Desmond Tutu appelle à cesser toutes formes de discrimination ! vous pouvez lire ses déclarations dans The Guardian.

Tout le monde aujourd’hui ou presque tient le même discours vide de sens, creux de vérité et surtout rempli de haine. Je n’ai pas à me positionner pour ou contre une orientation sexuelle qui s’avère tout aussi complexe que la création de l’univers. Tout comme je ne me positionne ni en faveur ni contre le mariage gay, ceci étant la résultant d’un lobbying qui ne dessert pas la cause homosexuelle dans le bon sens. Cependant je ne manquerais pas de souligner mon positionnement en faveur de l’Homme, avec un grand H. Ceci veut tout simplement dire : une acceptation et une tolérance inconditionnelle, sans faille à l’égard de mon prochain, dans un souci de mieux se construire dans le brouillard de nos différences. Cherchez à connaitre l’origine de votre haine et la quintessence du bien fondé de celle-ci. Cette haine gratuite, bête et vulgaire qui  s’apparente à l’innocente cruauté dont font preuve les enfants, cruauté qui disparait avec l’apparition de la raison et du bon sens. En somme, qu’un tel ou une telle personne aime ou soit attirée par qui que ce soit , qu’est-ce que cela peut me faire, vous faire, qu’est ce ça change à ma vie, à votre vie, qu’est-ce que cela me retire, vous retire ? N’y a-t-il pas vraiment mieux à faire que de jouer les polices de la morale et d’une certaine prétendue tradition ? Tant que nous y sommes à nous poser des questions, en toute objectivité : un(e) homosexuel vous-t-il (elle) déjà causé le moindre tort ? Si oui lesquels ?

chronique-homosexualite-jewanda-3

LA POLITIQUE

J’ai exprimé plus haut ma position qui est celle, je le rappelle de l’amour et de la tolérance et droit de chacun à  jouir de la dignité de la condition humaine. Car au fond ce sont des êtres humains, qu’on le veuille ou pas, faits de chair et d’os comme nous et a qui ont droit au respect. Oui je l’ai dit : LE RESPECT !

Cependant ce que je critique profondément et cela de toutes mes forces c’est : la politisation à outrance de cette question de l’homosexualité – parfois, voire le plus souvent à des fins électoralistes – la cristallisation des peurs délibérément crées en brandissant la prétendue entreprise de sauvegarde des mœurs – en Afrique notamment – renforcée par des lois interdisant l’homosexualité. Pour ce qui est du Cameroun c’est en 1972 que ce cher gouvernement aurait soudainement eu une illumination en promulguant cette loi aux fondements juridiques douteux. Je vous invite à lire cet article ICI.  Ma question est de savoir ce que faisait le même gouvernement en 1960 pour ne pas promulguer cette loi ? Ce fût une belle manière de marquer l’émancipation tellement souhaitée, en prêchant dès l’aube des indépendances la sauvegarde ces prétendues mœurs africaines en matière de sexualité. La réunification de 1972 n’apportera pas non plus un certain élan de lucidité eu égard à la sauvegarde de ces mœurs, malgré le regroupement des forces intellectuelles de la nation jadis divisée. Deux fois plus de matière grise, mais toujours rien : c’est fort dommage. Je m’interroge juste sur la relation entre la justice et sexualité et la logique qui l’accompagne. Si l’homosexualité est pénalisée du fait de son immoralité, pourquoi ne pas pénaliser la polygamie dont la moralité est tout aussi critiquable ? On ne supprime pas la peur à travers des lois. On éradique encore moins, et ceci avec beaucoup de difficulté, la connerie humaine avec des lois !

Je condamne cette politisation au même titre que je crie au haro sur les dirigeants du Sud, notamment Obama et Hollande, du fait de leur ingérence à peine voilée dans des politiques locales que j’exècre certes mais dont la résolution revient au pays en question. Soyez gentils et voilez un tant soit peu vos ingérences de manière plus subtile. Vous nous avez tellement habitué à des manœuvres plus subreptices comme la “France Afrique”, donc par pitié arrêtez ! Je tiens à saluer le courage et la répartie du président Macky Sall qui a poliment rappelé la souveraineté de l’État sénégalais et le décalage culturel entre les deux pays lors de la visite d’Obama à Dakar. Je préfère cette posture voulant que ces questions soient réglées par les africains sans interventions moralisatrices extérieures. Les africains sont rarement venus vous les brîser au sujet de l’abolition de la peine de mort, ce châtiment barbare en vigueur… aux USA, l’un des champions du monde en la matière. Cependant je ne sais pas si je devrais rire ou pleurer face aux fanfaronnades du président Mugabe et ceux son confrère Yoweri Museveni

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Nw7QxEyEoTE[/youtube]

La politisation de la question de l’homosexualité est à mon avis, l’arbre qui cache la forêt de problèmes qu’il aurait fallu résoudre depuis des années. Car dans nos pays il est à mon sens plus urgent d’améliorer l’accès à la santé, de moderniser les infrastructures médicales très vétustes, mettre d’avantage l’accent sur l’accès à l’éducation, lutter contre le népotisme qui contribue à agrandir le fossé de plus en plus grand entre les plus riches et les plus pauvres, combattre le chômage des jeunes qui bat de tristes records : il serait peut-être temps de s’attaquer aux vrais problèmes au lieu de semer les graines de la discorde et de la haine de l’autre dans l’esprit de la population. De plus cette loi est une loi complètement liberticide, le simple soupçon vaut condamnation : bonjour les dérives. Je pense à Roger Mbede, mort dans l’indifférence générale, rejeté de tous, torturé pour une sombre histoire de SMS. Je rappelle que la loi camerounaise ne condamne l’homosexualité qu’en cas de flagrant délit ce qui n’était pas son cas. Quand je parle de loi liberticide…

chronique-homosexualite-jewanda-2

LA RELIGION

J’anticipe les réactions des personnes que je soupçonne d’être atteintes du syndrome de la désertification intellectuelle, du dépérissement graduel de la pensée critique et dont l’étroite largeur des réflexions est masquée par des lacunes exposées au grand jour sous forme de crétineries, de belles couillonades : une fois de plus drapées sous de jolies versets bibliques triés sur le volet, et qui sont au service d’une interprétation partiale, partielle et personnelle des écritures saintes. Nous avons chacun le droit de penser ce que nous voulons. Cependant nous sommes dans l’obligation de tenir un discours intellectuellement juste. Que l’on soit d’accord sur une chose : L’homosexualité est condamnée par la Bible qu’on le veuille ou pas, c’est un fait. Je ne vais pas m’engager dans une bataille de versets Bibliques tous aussi vrais les uns que les autres mais dont je condamne la lecture partisane. Qu’on se le dise une fois de plus, l’homosexualité n’est pas plus condamnable qu’un vol, un mensonge, un blasphème ou encore l’idolâtrie. Elles sont légion ces personnes qui : consultent des marabouts, des diseuses de bonnes aventures, qui suivent des rites traditionnels tels que les “blindages” et autres loufoqueries condamnées par la Bible et il ne me semble pas qu’une campagne de haine ait été fomentée à leur égard avec autant de vigueur. Évitons le deux poids, deux mesures. Si la Bible nous enseigne que tous les péchés ont cette même valeur transgressive et dont exempt de toute hiérarchisation, quel est donc l’objet de tant de haine ? Il faut avoir perdu tout amour pour l’être humain, dans le respect de son droit à exister, pour qu’un simple soupçon soit à l’origine d’une haine et d’une douce violence !

A tous ceux qui clouent les homosexuels au pilori, qui portent atteinte à leur intégrité physique et à leur droit le plus absolu à exister, j’aimerais juste vous renvoyer une fois de plus à vos dictionnaires dans un premier temps, chercher la définition du mot “tolérance” et dans un second temps j’aimerais interpeller ces mêmes personnes sur les points suivants: la Bible ne nous ordonne-t-elle pas de ne point juger, ne dit-elle pas non plus que nous sommes tous pécheurs et tous des enfants de Dieu ? Le plus grand message de la Bible n’est-il donc pas celui de l’amour qui nous invite à aimer notre prochain comme soi-même ? Je n’ai pas le souvenir que Dieu ait posé des conditions…

Évitons d’avoir une lecture à géométrie variable de de la bible. Cette vision de cyclope conduit à bien de désastres, comme le fait de colporter ce  message comme quoi Sodome aurait été détruit à cause de l’homosexualité : c’est faux ! La raison pour laquelle Dieu a détruit Sodome reposait sur l’immoralité des pratiques qui étaient courantes dans la citée, je ne suis pas un expert en exégèse, de ce fait je m’abstiens de faire des interprétations partisanes.  De grâce ne cherchons pas à avoir raison dans l’absolu car seul Dieu demeure l’ultime juge – pour ceux qui disent croire en lui.

Le Pape, tout en rappelant comme je le fais la position des écritures, souligne dans une interview donnée dans l’avion qui l’emmenait de Rome à Rio De Janeiro qu’il n’est personne pour juger les homosexuels en ces termes :

Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, c’est de faire du lobbying. C’est le problème le plus grave selon moi. Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? Pape François

Article intégral ici :

Je vous invite à lire le père Roger Poudrier, Dans son ouvrage Miséricorde paru en 2005, loin de la tourmente actuelle autour ces questions. Il dit :

Toute forme de discrimination touchant les droits fondamentaux de la personne, qu’elle soit fondée sur le sexe, la race, la couleur, la condition sociale, la langue, la religion, ajoutons l’orientation sexuelle, doit être considérée comme contraire au dessein de Dieu, Père Roger Poudrier

L’objectif de ma réflexion n’est pas de dicter la vérité ni la pensée, voyez en démarche un appel à un peu plus d’humanité et de tolérance. Je tiens particulièrement à saluer le travail considérable qu’abat Mme Alice Nkom dans son combat pour la défense des homosexuels au Cameroun, combat pour la vie, pour la dignité, pour le respect. Elle fut la première femme à être reçue au barreau des avocats du Cameroun. Elle a récemment obtenu le grand Amnesty des Droits de l’homme. Cela me sidère tout de même qu’on puisse se dire croyant et être une personne intolérante, les bras m’en tombent !

No law’s gonna change us, we have to change us,whatever god you believe in,we come from the same one,strip away the fear, underneath, it’s all the same love, about time that we raised up ! Maklemore and Ryan Lewis – Same Love

SANDUO. N

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=hlVBg7_08n0[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.