Chronique : Willy Sagnol ou le relais de la pensée raciste

0
78
tommie-smith-willy-sagnol-pensee-raciste-jewanda
Tommie Smith et John Carlos – J.O. Mexico 1986

Il y a quelques semaines, l’ancien international français et actuel entraineur des Girondins de Bordeaux, Willy Sagnol, tenait des propos équivoques en marge d’une conférence. Ses propos on défrayé la chronique suscitant  condamnations et émoi. Cependant il convient de prendre un peu de recul afin de mieux saisir les contours de cette polémique qui est par ailleurs révélatrice de quelque chose de plus grand et de plus inquiétant : la banalisation des stéréotypes et de la parole racistes envers les noirs !

Rappel de définition : Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l’existence de races humaines considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d’autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d’hostilité ou de sympathie systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes.

QUAND L’IDÉOLOGIE RACISTE A INCONSCIEMMENT PIGNON SUR RUE

De prime abord il est important de  mettre les choses à plat. Je ne pense pas que Willy Sagnol soit raciste en soi. Il s’est exprimé maladroitement au sujet d’un peuple à l’Histoire amère. Oui, amère parce que la chose est trop sérieuse pour qu’on en parle avec légèreté, sans considération extrême de la gravité et des répercutions négatives que peuvent avoir de telles paroles. Elles sont la résultante d’une idéologie raciste qui réduisait jadis l’homme noir à son unique puissance physique. En tenant de tels propos, Willy Sagnol se fait (inconsciemment) porte parole de cette idéologie qu’il s’agit de déconstruire avec méthode. Le voila le véritable problème de fond, celui de  se retrouver encore au 21e siècle avec des individus qui, dès qu’il s’agit d’un sportif noir pensent premièrement et uniquement à sa puissance lui interdisant d’autres qualités. A vouloir pousser le vice un peu loin, on ne serait pas très loin de la bêtise d’antan du noir puissant,  sans âme, fruit de la malédiction de Cham ou plus récemment du noir  pas assez entré dans l’Histoire et n’ayant pas toujours tellement travaillé. Car quand on lit les propos pour lesquelles Willy Sagnol s’attire les foudres parfois exacerbées  – notamment de la part des associations de défenses des droits des Noirs – il y a matière à réflexion tout de même.

L’avantage du joueur typique africain, c’est qu’il n’est pas cher quand on le prend, c’est un joueur qui est prêt au combat généralement, qu’on peut qualifier de puissant sur un terrain. Mais le foot, ce n’est pas que ça. Le foot, c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline, il faut de tout. Des Nordiques aussi. C’est bien, les Nordiques, ils ont une bonne mentalité.”

Le fait d’attribuer des caractéristiques à un groupe d’individus n’est guère choquant en soi, n’en déplaise aux cow-boys de l’indignation qui ont la gâchette de l’offuscation du larmoiement et de l’apitoiement facile. Ce qui est choquant c’est que sous-tendent ces attributs. Rien de bien croustillant quand on parle du “fighting spirit” anglais, qui n’est alors qu’un compliment. Cependant il est dangereux de renvoyer le Noir à simple puissance. Du temps de l’esclavage les maîtres unissaient des couples ayant une bonne condition physique afin de créer des super esclaves capables de résister aux conditions de travail dans les champs. De ce temps on garde encore malheureusement les stigmates de ces stéréotypes, notamment dans le milieux du sport !

Pour tordre le coup aux mythes abjectes et facétieux, quoi de mieux que la preuve par l’exemple ? Jesse Owens prouva au monde entier en remportant quatre épreuves d’athlétisme l’idiotie idéologique Hitlérienne prônant la suprématie de la race aryenne. S’en est suivie une domination (qui prenait source quelques années en arrière) des athlètes noirs. Cette domination donna lieu à d’autres explications encore plus subreptices sous des recherches “sérieuses” attribuant aux noirs des avantages génétiques : Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre comme carabistouilles ! Faisant ainsi l’impasse sur des heures, des mois, des années de travail acharné. L’avantage génétique est l’argument avancé par des individus aigris et atteint d’anorexie en termes de réflexion critique et objective. S’il les noirs dominent l’athlétisme, c’est parce qu’ils sont plus représentés, c’est d’une logique mathématiques implacable. Et surtout parce qu’ils s’entraînent pour réussir, il en va de soi pour la boxe et la NBA. Inversement, si les blancs dominent la natation c’est avant tout mathématique et ensuite vient le travail. Dans le foot on retrouve une mixité qui nous permet d’avoir un Roi Pélé, un Lionel Messi ou un Zidane ne donnant aucun change aux arguments génétiques bidons !

Durant 400 ans ces inepties sur les Noirs avaient pignon sur rue et se sont transformées au fil du temps en racisme inconscient comme cela est le cas avec les propos maladroit de Willy Sagnol. Je ne souhaite pas peindre un tableau “noir” mais juste expliquer et tempérer en disant qu’il faudra peut être  400 nouvelles années – j’espère moins – afin de déconstruire tout cette idéologie au fondement raciste.

Heureusement une fois de plus le sprinteur Christophe Lemaître et les gymnastes Simone Biles et Gabrielle Douglas sont les meilleures choses qui puissent  arriver.

[youtube]http://youtu.be/yQZNoN1zF_A[/youtube]

L’ÉVEIL DES CONSCIENCES NOIRES

L’éveil des consciences est un point essentiel face à la pluie de clichés qui se déversent dans nos sociétés dites modernes. Pas seulement un éveil des consciences noires, mais de toute conscience humaine. Mais plus encore la destruction des barrières culturelles érigées dans nos cultures modernes, celles là qui voudraient qu’un groupe de personnes soient prédestinées à faire une activités plus qu’une autre.  Je vous invite à lire le travail de Francesca Sacco et Gerald Gremion sur le “Mythe de l’avantage génétique“. A la seule force de son travail, un Noir peut devenir un nageur d’excellence et un blanc un sprinteur de renom.

Pour en revenir au football, dresser le profil type du joueur africain en ne lui reconnaissant pas sa technique, c’est faire fi de Georges Weah, Samuel Eto’o, Jay Jay Okocha, El Hadj Diouf et j’en passe.  Ils ne sont guère des exceptions…

Faudrait-il revoir les critères de recrutement des joueurs africains ou la formation de ces derniers en terre africaine ? Devraient-ils s’offusquer d’être ainsi réduits par ces propos maladroits, il me semble que oui. Devraient-on clouer Willy Sagnol au pilori pour sa maladresse ? Certainement pas, même si ses propos sont à exécrer au plus haut point. Surtout que ceux-ci s’inscrivent dans la lignée des propos scandaleux de Laurent Blanc sur les quotas et des actes racistes a répétition dans le milieux du football : autant dire que le contexte est assez peu favorable à tout nouvel imbroglio, dérapage, qu’il soit conscient ou pas.

Par ailleurs je rejoins le magazine Causeur, dans sa condamnation – non dans la légèreté avec laquelle l’auteur parle des propos de Willy Sagnol –   des rétorsions de ces associations se présentant comme représentatives des Noirs. L’intention de départ peu sembler bonne, mais même l’enfer est pavé de bonnes intentions, la bonne intention seule ne suffit pas. De plus, ces types d’associations ne font rien d’autre que renforcer les tensions communautaires donnant au passage une image d’expert en récupération et en indignation. L’une d’entre elle vient en effet de porter cette affaire en justice venant confirmer mes propos précédents. Porter cette triste affaire en juste est inopportun et excessif ! Mais il est vrai que cela peut contribuer à dissuader les gens de tenir de tels propos en public.

En conclusion, il convient de remarquer que les préjugés ont encore la peau dure. Il s’agit de les découdre au même titre qu’il faudrait travailler à faire plier les barrières sociales dans certaines disciplines. Ainsi on ne pourra plus justifier de l’excellence sportive à travers des recherches scientifiques ad hoc érigées  au détriment du seul facteur essentiel : l’entrainement, la persévérance et parfois le don pour une discipline donnée.

                                                                                                                                                                                                                                 SANDUO. N

Et vous, qu’en pensez-vous Wanda People ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.