Home Blog Clip : “Célébrons l’Afrique” pour la CAN 2012 – Patience Dabany, X Maleya, Magic System, Miki Bad Boy et Bill Clinton Kalonji

Clip : “Célébrons l’Afrique” pour la CAN 2012 – Patience Dabany, X Maleya, Magic System, Miki Bad Boy et Bill Clinton Kalonji

2
Clip : “Célébrons l’Afrique” pour la CAN 2012 – Patience Dabany, X Maleya, Magic System, Miki Bad Boy et Bill Clinton Kalonji

Voici le clip de « Célébrons l’Afrique », chanson officielle de la CAN Orange 2012, avec la mama Patience Dabany qui fait danser la jeunesse, accompagnée de ses enfants des quatre coins de l’Afrique : Magic System (Côte d’Ivoire), X Maleya (Cameroun), Miki Bad Boy (Guinée Equatoriale) et Bill Clinton (RDC).

Cette chanson a été spécialement composée pour l’évènement incontournable de l’année 2012 en Afrique, la Coupe d’Afrique des Nations (dont le coup d’envoi sera fait le 21 janvier prochain, qui de mémoire de spectatrice est la première réalisée pour l’occasion.

Le clip réalisé par Boss Playa (Gabon) est super, vivant, et d’une qualité irréprochable ! J’ai plus de réserves quant à la chanson en elle-même qui rappelle d’avantage une ambiance brésilienne qu’africaine, malgré la touche pourtant authentique de chaque artiste. Car il est finalement difficile d’en définir le rythme, donc difficile malgré tout de s’y identifier. Je doute qu’elle reste dans les anales, mais elle demeure une belle façon de réunir l’Afrique autour du sport et de la musique, et surtout de valoriser nos artistes qui peinent encore à s’imposer en tant que poids économique au sein de leurs pays.

Donc bravo pour l’initiative, belle vitrine internationale pour l’Afrique, qui n’est finalement que la représentation de ce qui se passe AUSSI en Afrique ! La prochaine fois, juste un peu plus d’authenticité, et ce sera parfait ! Africa Rise !

C.V.F

—————-

Qui sont les participants ?

Patience Dabany – Gabon

Patience Dabany de son vrai nom Joséphine Nkama, est une chanteuse gabonaise, née le 22 janvier 1944 à Brazzaville de Joseph Nkama et Genevieve Okota.

Issue d’une famille de musicien originaire de la région Haut-Ogooué, elle rencontre en 1958 Omar Bongo, qu’elle épouse à quinze ans en octobre 1959. Lorsque ce dernier devient, en 1967, président du Gabon, elle est la première dame du pays. On l’appelle Madame la présidente dix-huit ans durant, avant qu’elle ne divorce de son époux pour entamer une carrière artistique entre l’Afrique et les États-Unis et est l’auteur de nombreux albums et titres à succès principalement sur le registre de la variété – mêlant également rythmes locaux et sonorités pop mais aussi, dans ses récentes productions, zouk africain et rumba. Elle a aidé une nouvelle génération d’artistes à démarrer, comme Oliver N’Goma, Aziz Inanga ou Angèle Assélé (sa nièce), qui devient une star dans son pays.

En 2004 sort son septième opus, “Obomiyia”, avec la participation de Quincy Jones, Jacob Desvarieux, produit par le Camerounais Edgar Yonkeu. En 2007, elle sort “No Comment”

En 2010, “Mama 2010”, la Mama, c’est son surnom depuis qu’elle est devenue « mère de… ». Car le fils de Patience Dabany n’est autre que le président du Gabon lui-même, Ali Bongo Ondimba.

Le tube “On vous connaît” parle du Kongossa (ragots) : « C’est une photographie de la société africaine. Tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui dit des kongossa » pour nuire à autrui, explique Edgar Yonkeu, son producteur depuis 12 ans.

X Maleya – Cameroun

Le groupe X Maleya est un groupe camerounais dont l’origine des membres est aussi variée que son univers musical.

X Maleya (Maleya signifie Conseils en langue douala et X pour l’inconnue) est formé des camerounais Auguste et Roger, puis du métis franco-américano-camerounais Haïs. Ces amis d’enfance ont su mettre ensemble leur amour de la musique pour en faire un concentré de talent et de fraicheur musicale. C’est donc tout naturellement qu’on retrouvera dans leur musique ce subtil mélange de chants en français, anglais et bassa sur fond de Hip-Hop, de rythmes et sonorités Bantu.

Cette année le groupe signe son retour sur le label Empire Company du rappeur Pit Baccardi et offre un album riche de mélodies et de rythmes qui propulsera le X-Maleya à un cap supérieur, tout en gardant la marque de fabrique qui leur est propre : paroles touchantes et ambiances festives sur un son lourd, puissant et métissé.

Il se singularise aussi par des featurings de qualité, notamment celui avec Passi sur le titre ‘Tous ensemble’ et ceux avec le rappeur producteur cinq étoiles Pit Baccardi sur les titres ‘Son me’ et ‘Ndolo 2’.

La variété des genres de cet album est aussi appuyée par la rythmique endiablée du titre ‘Tchokolo’ et la profondeur du piano voix‘Bisaï’. Reprise du premier album, ce dernier titre à la mélodie poignante met à l’honneur l’amour d’un père et d’une mère, et fait ressortir toute la sensibilité et la puissance des voix de Roger et Auguste. Emotions et frissons garantis…

Magic System – Côte d’Ivoire

Magic System est donc né le 2 octobre 1994 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Au départ, formation d’ambianceurs du lycée influencée par le son zouglou, le groupe comprend 8 membres. Trop pour que le moindre producteur n’envisage de signer le groupe…

En 1997, Magic System se divise en deux. Quatre de ses membres deviennent les Marabouts

tandis qu’A’salfo, Manadja, Tino et Goudé conservent le nom original.

Papitou le premier album 6 titres du groupe sort en cassette en cette même année 1997 et se vend à… 1000 exemplaires alors qu’à l’époque, les plus belles ventes des groupes locaux atteignaient parfois les 90.000 exemplaires.

En 1999, avec un véritable esprit de revanche le groupe enregistre et tourne les clips de son second album… Premier Gaou. Le reste est une histoire connue. Le journaliste Claudy Siar découvre le titre phare, mélange d’harmonies vocales précises en soutien de la voix unique d’A’salfo, d’une rythmique contagieuse et d’une mélodie irrésistible. “Premier Gaou” entre sur les ondes de RFI… Le titre prend encore une nouvelle dimension avec le remix de Bob Sinclar qui envoie le hit dans tous les clubs de France en 2001, 2 ans après sa création. Un succès qui fait même passer le nouvel album de Magic System Un Gaou à Paris au second plan.

Avec Toutè Kalé, son sixième album, Magic System, joue à la fois sur ses fondamentaux et nous embarque vers des terres musicales que le groupe ne nous avait pas encore dévoilées jusqu’ici. Ambiances, émotions et voix d’or : bienvenue à bord.

Bill Clinton Kalonji – République Démocratique du Congo

Didier Kalonji, connu sous les noms d’artiste Bill Clinton ou Monseigneur Dangwé et Macintosh, est né le 4 juillet 1979, est un chanteur et animateur congolais (RDC) célèbre. Connu pour ëtre l’un des meilleurs animateurs congolais, il a notamment fait partie du groupe Wenge Musica à fait ses débuts dans le groupe ABC, puis a ensuite rejoint le Wenge Musica Maison Mère en 1997.

Ancien poulain de Werrason, dont la carrière musicale semblait stagner depuis un certain temps, vient ainsi de s’ouvrir une fenêtre vers l’international en participant à ce projet.

Notons que le dernier opus sur le marché de Bill Clinton Kalonji s’intitule « Kulumbimbi ». Dans ce quatrième album de sa carrière musicale, l’ancien animateur de Wenge Musica maison mère avait associé son ancien collègue, Ferré Gola à sa réalisation.

Miki Bad Boy – Guinée Equatoriale

Né en Guinée équatoriale, Filoteo Edjang Ndong, alias Miki Bad Boy, est un artiste de la scène urbaine qui se produit souvent dans les centres culturels français et espagnol de Malabo et de Bata.

Pour autant, le jeune homme n’est pas un produit de la rue et des ghettos : Fils d’un membre du corps diplomatique de son pays, il a bénéficié de ses nombreux séjours à l’étranger, au Cameroun, en Espagne, aux Etats-Unis et à Cuba, pour s’imprégner de nombreuses influences musicales.

Diplômé de l’Université de La Havane en comptablité et gestion, à 22 ans, l’artiste est actuellement sous contrat avec le label américain “1830 Records LLC” et a participé récemment au clip de “Célébrons l’Afrique”, l’hymne officiel de la CAN 2012.

Le “mauvais garçon” parle couramment l’espagnol, le français et l’anglais, mais il rappe en espagnol, sa langue maternelle. Il a enregistré avec des producteurs tels que Michael Figueroa (Extreme), Sixx John (Neyo) et Daryl “Dogman” Young (Deathrow Records), et a travaillé avec la superstar coréenne “Seven”. Il sort à présent un nouvel album “Golpe Mundial” qu’il a récemment présenté sur le site web gouvernemental.


2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.