Home Bande Annonce L’art, entre mystère et liberté

L’art, entre mystère et liberté

10
Edito Avril 2011

L’art, entre mystère et liberté

J’ai toujours trouvé assez fascinant la création artistique et surtout les passions qu’elle déchaîne. Cette forme purement subjective d’expression de soi que l’on partage avec autrui. Un quasi don d’un peu de soi qu’on offre à l’autre sans lui donner la clé du mystère, mais tout en lui suggérant de quoi décoder l’imbroglio offert.
L’art est une immense liberté, la liberté de faire exister l’impossible, l’imaginaire, la liberté d’être. Mais aussi la liberté d’interpréter et de voir ce que l’on veut voir. Dans l’art, la vérité absolue n’a pas sa place, c’est SA vérité qui compte. Dans l’art, la logique n’a pas droit d’asile.
C’est pourquoi l’art est une évasion vers un ailleurs, parfois meilleur, parfois non. Mais l’art est une fenêtre par laquelle on échappe à sa réalité pour un instant, pour une bouffée d’oxygène parfois enivrante. Aussi bien le créateur que celui avec qui il partage son oeuvre.
L’art c’est être soi et c’est être quelqu’un d’autre tout cela à la fois.
Donc, en réalité, il n’y a pas de beau ou de moche dans l’art, l’art le vrai, vous fait avant tout ressentir. Comment ? C’est là tout le mystère. Encore que, ce qui vous émeut peut laisser votre voisin indifférent. Finalement, qui sommes-nous pour dire à quelqu’un qu’il ne fait pas de l’art, surtout qu’aujourd’hui l’art contemporain est un art sans code établi.
Je pense que chacun a la faculté de créer,  il suffit juste d’oser. Car, comme je vous le disais, l’art c’est un peu un don de soi à l’autre.

C.V.F

Ce mois-ci, côté mag…
Les beaux jours arrivent et éveillent nos sens, propices à la créativité, alors profitons-en. Pour ce mois d’avril, découvrez l’artiste Serge Kponton, originaire du Togo et l’objet de son inspiration du moment.

https://www.jewanda-magazine.com/archives/2011/04/la-sensualite-feminine-sublimee-par-serge-kponton/

Côté musique…
Alors, une petite sélection “Nigeria’s best” pour vous accompagner ce mois-ci… Une musique à découvrir absolument ! A consommer sans modération. Et puis, pour ceux qui préfèrent le silence, qui est également d’or, il suffira d’appuyer sur pause.

https://www.jewanda-magazine.com/archives/je-wanda-tv/wanda-playlists

10 COMMENTS

  1. Bonsoir Cicero, bonsoir C.V.F
    Votre échange est intéressant et je me permettrai ensuite de donner ma vision de l’artiste.
    Pour ce qui est de” l’art, entre mystère et liberté”, je dirai que le mystère n’est peut être que dans le regard du public car pour l’artiste je dirai qu’il travaille avec une certaine clairvoyance et qu’il contrôle son travail avec une recherche de perfection qui demande effectivement du travail et des remises en question. Cela n’empêche pas que cela lui échappe mais c’est de manière consciente et toujours vers ce même but d’atteindre sa quête de perfectionnement où en laissant s’échapper des choses on accède à un degrés supérieur de compréhension car l’artiste ressent que c’est dans cette direction que doit aller son travail. Et hélas, l’autre prend ça pour du mystère. Je ne crois pas . Je crois juste que ça le dépasse. L’artiste comprend. Alors le mystère n’est peut être que dans cette incompréhension face au travail de l’artiste et c’est peut être plus simple comme ça car effectivement avoir toutes les cartes en main peut être décevant..” Ah c’était juste ça..”alors on ne cherche pas à comprendre et on s’arrête à son instinct primaire ” Ah c’est mystérieux” c’est sans doute plus satisfaisant de rester sur une vision sensible que d’entrer pleinement dans une œuvre, en y mêlant l’intellect. Pourtant, c’est cet alliage des deux qui fait l’intérêt de l’art, et qui fait qu’il est accessible. il suffit juste d’une petite recette: un peu d’âme, de sentir + des neurones. Pour ma part, ce n’est que dans cette conception qu’une œuvre réussisse à m’interpeller, à me toucher.
    Après aller demander à un artiste de vous expliquer son travail: pour lui, c’est donner beaucoup de neurones alors que vous en avez aussi!! et avoir des diplômes c’est plus facile, cela permet de s’exprimer plus facilement mais attention aux écoles formateuses..L’artiste autodidacte est assez rare et très intelligent. Il n’y a pas de secret. Après il est vrai qu’il y a “artiste” et “artiste”..De l’.Art ou du cochon…A chacun de trouver son positionnement. Pour dégrossir, s’il y a mystère, c’est juste que l’artiste se donne les moyens d’accéder à certaines choses en y mettant son intellect et son sensible et que le public ne s’arrête qu’au dernier. Enfin, je crois d’après mon vécu… Ce qui me ramène à la problématique de l’art accessible à tous: il y a les artistes professionnels et ceux qui sont amateurs. Point barre! et à chacun ses choix..et ne tombons pas dans le pathos. Pour ce qui est de la liberté, pareil ça fait rêver.. Bien sûr que l’artiste se veut libre de penser mais pour faire court, il travaille toujours avec des contraintes.
    Ma vision de l’artiste qui vaut ce qu’elle vaut, et qui peut être critiquée:
    L’artiste se doit d’être exceptionnel et donc perfectionniste, même dans la banalité. Chaque être est unique et pour l’artiste, il se doit d’être exceptionnel car sa quête est infinie. C’est pour cela même qu’il se doit d’être humble. Lui seul connait la démarche à suivre et le monde est son guide. C’est sa plus belle offrande que de donner son art au public parce qu’il ne peut s’exprimer aussi clairement que par cette profondeur là.
    J’espère que ma pensée a été retranscrite assez clairement.

  2. Bonjour C.V.F,

    Une petite pose et j’en profite.
    Vous voyez que ce site est vraiment démocratique et qu’il fait bon de pouvoir discuter. Hier, je voulais conclure par la réponse que vous venez d’écrire et cela prouve bien que dans le fond nous sommes d’accord. Il est important pour les artistes d’échanger les différents courants de pensée qui donne à notre planète encore un peu d’humanisme. Les trois quarts du temps nous ne parlons pas et nous écrivons beaucoup même si l’on nous appelle sur nos cellulars et ayant des forfaits illimités nous préférons la version textuelle du cellular parce-que nous nous rendons compte que bien souvent ceux qui nous parlent ne se souviennent plus du début de la conversation.
    Pour ce qui est de mon travail on peut y trouver des traces sous GOOGLE Images en faisant Antoine CICERO ou Antoine LEVI CICERO. Mais actuellement, je travaille de la manière la plus discrète et parmi mes collectionneurs en privé. Bien souvent on ne montre qu’une partie infime de mon travail. Si cela est possible je vais essayer de faire passer un dossier de press qu’ils vous communiqueront étant donné qu’ils ont nos mails.
    Quand à vous continuez vos éditos et ne soyez jamais déçue des critiques que l’on puisse vous faire au contraire cela ne peut que vous renforcez dans votre quête du perfectionnement . Je me permets de vous dire cela car c’est comme cela que j’ai pu résoudre des questionnements non posés sur mon travail. Ainsi, j’ai pu affronter le public sans crainte. Une bonne critique sur son travail est toujours constructive et une critique gratuite est toujours sans importance. Et cette dernière se présente souvent méchante, hautaine, jalouse…..
    Enfin, discutez de votre travail et laissez vous critiquer car cela peut vraiment vous faire avancer.
    J’essaie de repasser et de vous préparer ce petit dossier afin que Je WANDA vous le transmette. @+

  3. Bonjour,
    Je viens de lire l’édito et les commentaires.
    Mais c’est la dernière phrase de l’édito qui m’accroche : “Je pense que chacun a la faculté de créer, il suffit juste d’oser…………..”. Je suis plasticien performeur et je vous dirai simplement que cette phrase est fausse. Car tout le monde n’a pas la faculté de créer. Ce n’est pas seulement une histoire de dessin, de sculpture. Par exemple, une tasse sur une table. Dans nos têtes tout est traduit de manière geometrique en cela que l’on voit deux élipses séparées par un cylindre et son ance inscrite dans un rectangle inscrivant deux cercles se chevauchant. Donc, nous faisons référence à la géométrie dans un premier temps pour tout ce qui est du dessin académique et il en va de même pour le portrait, le nu, la nature morte………..ensuite entrent en ligne de compte les sciences humaines ( philosophie, littérature,………). Ensuite, nos impressions personnelles en tant qu’acteur, observateur et analyste de notre société contemporaine. D’ou nos diplômes de diverses universités qui nous aident à défendre notre travail de recherches. Nous fonctionnons exactement comme un chercheur en physique, informatique. Essayez de dire cette même phrase à un prix nobel et il vous rira au nez. Tout le monde n’est pas capable de résoudre la théorie de la relativité de feu A. EINSTEIN ou encore mieux plus proche de nous, tout le monde n’est pas capable de réaliser un piqué-tourné, un saut réception sur demi-pointe en ballet classique ou un grand écart. Et bien l’art est de l’ordre du travail plus du ressenti, plus de la sensibilité, plus de la réflexion, plus du travail, et beaucoup de travail pour bien souvent un résultat minime et tout le monde ne peut pas supporter tout ça même s’il veut oser. Enfin, on s’autorise à dire beaucoup de choses sur les artistes tout le monde croit sans preuve parce-que bien souvent l’artiste vit tout ça retiré du monde et ne veut plus expliquer des choses simples qui paraissent compliquées aux yeux de la norme.

    • Cher Cicero,

      Merci de votre intervention. Je suis un peu déçue. Pour un artiste, vous me semblez très formaté.
      Et bien pour moi, l’art est bien l’endroit où l’on peut se passer de loi de relativité si ça nous chante…

      Vous intellectualisez beaucoup l’art je trouve. Du moins cela ne me dérange pas, si vous acceptez qu’il y en aient qui ne pensent pas comme vous… Ou pas tout le temps comme vous.

      Je fais partie de celle qui pense qu’il ne faut pas nécessairement être bardé de diplômes pour être créatif (Dieu merci !). Après que cela soit de l’art ou non, là est tout le débat. Mais pour ce qui est de la créativité, selon moi chacun a quelque chose à offrir s’il veut bien. Et pouvoir créer, et que cela transcende ceux qui le voient (l’oeuvre en question), cela ça s’appelle un don, et ça part contre, peu importe les diplômes on l’a ou l’a pas, il y a des chose qui ne s’apprennent pas… Et ça, ça ne s’explique pas non plus…

      • C.V.F bonjour une petite pose entre deux toiles.
        Ne soyez pas déçue de ma vision . Nous avons encore cette chance de discuter calmement et démocratiquement sur des postes qui nous sont proposés comme celui-ci.
        Pour en revenir à votre observation sur ma vision “formatée” et bien je ne le suis pas. Il est difficile pour nous qui sommes dans ce milieu d’expliquer ce qui se passe réellement à l’intérieur. Ensuite, je suis d’accord que ce ne sont pas des diplômes qui font de l’être un artiste. Mais simplement ces diplômes sont l’équivalent d’un passeport pour l’après université. Lorsque vous rentrez dans le système des institutions. C’est également comme lorsque vous postulez à un emploi. Ensuite, pour ce qui est du don. C’est vrai certains n’ont pas besoin de formation. Et c’est à cause de cette croyance au don que l’on a souvent tendance à sublimer, idéaliser l’artiste. Dans son quotidien les choses ne sont pas toujours belles et l’artiste se tait car ça le dépasse. J’ai été victime sans me rendre compte d’un conservateur de musée nationale et grâce à lui je ne pouvais vendre pendant deux ans. Et je continuais à travailler ma recherche. J’ai dû partir à l’étranger emportant avec moi ce souvenir et reconstituant un réseau de collectionneurs discrets en qui j’ai toute confiance et qui cautionnent mon travail. Aucun artiste ne raconte les coulisses et pourtant j’ai vu des grands noms se rouler parterre et les employés des musées en rire. Il y a des choses que l’on ne peut même pas dire tellement cela est surréaliste. Pour en revenir à mon esprit “formaté” qui ne l’est pas. J’ai même mené combat contre mes professeurs qui eux voulaient me formater à leur vision de l’art contemporain auquel je n’adhérais pas. Je suis toujours obligé de rester modeste et lorsque je performe accompagné de l’exposition de mes dessins peintures, gravures volumes, installations. Les performances que je présente sont offertes au public comme une offrande d’un espace vécu. Et je dis au public laissons nous nous transporter sans vouloir toujours tout intellectualiser. Simplement se laisser transporter par son imaginaire, éveiller notre mémoire visuelle se plonger dans ses abymes les plus profondes. L’art est à mon sens quelque chose de simple et c’est simplement toute une économie qui a inventée des critiques d’art, des historiens, des spécialistes. Tout ce monde vient se greffer aux artistes et en vivent chichement. Ce sont ces personnes qui font et défont l’artiste et c’est encore en cela que nous servent nos diplômes pour justifier notre travail afin de pouvoir trouver les mots justes, la manière méthodologique de nous expliquer et nous faire comprendre par le verbe qui est un langage universel compris de tous et par tous. Et c’est vrai ce que vous dites de savoir qu’est-ce qui est art et ce qui le devient c’est un grand débat comme vous le dites si bien. Pour conclure si cela peut vous intéresser il y a des sites comme PresenceWeb, FRAAP, POPSTART, Art et nature Project 21…….qui sont des espèces de “pôle emploi” pour artistes France/Etranger dans tous les domaines auxquels artistes diplômés et autodidactes peuvent postuler sans avoir à justifier quoi que ce soit seul leurs créations seront jugées.
        Merci à l’équipe de ce magazine de nous laisser nous exprimer @+CICERO

        • Cher Cicero,
          Merci de cet éclaircissement. Comme quoi, cela prouve que quelques écrits n’en disent pas toujours assez.
          Dans le fond, nous sommes donc d’accord sur le principe de liberté de créer.
          Où peut-on admirer votre travail ? Du coup, je suis curieuse…

          Merci à vous de prendre le temps d’échanger…

  4. Il doit forcément y avoir plusieurs lectures, dans la mesure où il me parait très juste et mesuré.
    J’essaie de n’en retenir qu’une phrase, mais l’ensemble me parle, mérite et retient mon attention.

    Merci d’avoir osé donner votre point de vue (après tout n’est-ce pas par définition ce qu’expose un édito?) et d’avoir donné un peu de vous-même.

    Bonne continuation
    Serge

  5. Cher C.V.F, votre édito m’a wanda,
    Je ne doute pas un seul instant de votre admiration pour l’art et les artistes ,mais il y’a hélas quelque chose qui cloche dans cet édito. Je parle du coté vague et superficielle…
    Vous nous avez présenté ici, tous les à priori, ce que j’appelle tantot les cartes mentales des gens sur l’art. Mais ce n’est pas une nouveauté, le cliché sur l’art est très récurrent. Les gens ont en effet la fâcheuse tendance sinon le peché d’associer l’art à la passion, au déchainement, à la subjectivité. C’est une idée foncièrement reçu et il est temps que cela cesse. Les artiste ne sont pas des êtres restés au stade primaire ou impulsif. La réflexion, le recul, la sagesse, la maturité priment. Les passions qu’elles déchainent? chez qui? les artistes, ce ne sont pas des psychosés ou des etres incompris, faire de l’art est une fonction à part entière, tout comme etre medecin. Il s’agissait peut etre de la passion du spectateur? oui en effet, mais tout peut déchainer les passions dans ce cas, le football par exemple?
    S’il ya des écoles d’art, des jurys, des docteurs en art, et un milieu de l’art puisqu’il existe c’est bien pour canaliser tout ce que les uns mettrait au compte de la subjectivité. La singularité existe mais il est nécessaire qu’il y’ait de la technique, un savoir faire reconnu, si léonard de vinci est reconnu c’est pour ses sfumato, caravage s’est pour le clair obscur et j’en passe… Par ailleurs, la ritournelle de l’artiste qui fait don de sa personne, de son être intérieur se doit de disparaitre, un artiste travaille avant tout pour lui meme, c’est son libre arbitre qui agit, il presente ce qu’il veut, ce n’est pas un designer il n’a aucun cahier de charge, il se lance dans une production par intérêt ou envi.
    Les artistes ont la liberté de créer, mais subisse également la censure comme partout ailleurs prqoi? Parce qu’on ne peut pas tout mettre au compte de l’art; le faire reviendrais à tolérer la médiocrité des uns, d’ou l’énorme supercherie de l’art contemporain. Vous dites: ” dans l’art la vérité absolu n’existe pas”, j’ajouterais pas seulement dans l’art mais partout, aucune science ou connaissance n’est exacte finalement, tout peut etre contesté…
    Je trouve cela assez réducteur de considérer l’art comme étant une évasion ( bonne ou mauvaise). Lorsqu’on parle d’ailleurs de musée d’art ou de gallerie, on évoque la réflexion et le recueillement. Je vous en prie un peu serieux dans vos propos, si vous assimilez l’art à une distraction ou évasion quelconque, vous n’avez rien compris! Ou avez vous mis les artistes engagés, parce qu’ils y’en a a foison, et on peut remonté jusqu’à l’époque moderne de l’art… Je pense notamment a l’arte povera, avec ses artistes qui luttaient contre un système social qui s’imposait à eux. Evasion vous avez dit? Je ne crois pas, c’est du militantisme à prendre au sérieux.
    Qu’attendez vous aussi par chacun à la faculté de créer? je partage l’opinion, mais toute création n’est pas à associer à lart. L’informaticien cree des logiciel mais n’est pas artiste, de meme le biologiste qui cree de nouvelles molécules. La création est une nécessité car elle est le signe de l’évolution de l’homme et de l’humanité.
    C.V.F,
    je pense qu’il faudrait reconsidérer votre édito, car l’image de l’art et de l’artiste est un peu galvaudé… Vous parlez de l’art contemporain et sa “liberté” , sachez que les artistes suivent également des tendances, de nos jours c’est le porno trash, l’image violente, le conceptuel qui fonctionnent énormement. En observant donc les tendances actuelles, on comprend que cette liberté est un peu simulée. La liberté de l’art contemporain, peut etre une belle preuve d’ouverture mais savez vous ce qu’elle risque d’entrainer sur le plan de la conservation et du patrimoine? de l’organisation muséale et meme de la transmission? Pour élargir, la dite liberté de l’art contemporain fait encore abstraction des artistes du continent, les productions d’un cheri samba sont vendus aux ras des pâquerettes ( bizarre). Bref, je vous invite de tout coeur à lire le complot de l’art par Jean Baudrillard.
    Bien a vous

    • Illustration parfaite que l’art déchaine les passions… 🙂
      Intervention et réaction intéressantes. Mais une chose est sûre, c’est que comme dans l’art, il y a plusieurs lectures…
      Alors je vous laisse la liberté d’avoir la votre sur mes écrits.

      Merci en tout cas, d’avoir pris la peine de vous être exprimée.

      A bientôt pour un autre édito.

      C.V.F

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.