Home A la Une H.I.V, le premier « vrai » album hip hop camerounais

H.I.V, le premier « vrai » album hip hop camerounais

1
H.I.V, le premier « vrai » album hip hop camerounais

 

IN ENGLISH

 

Cela fait quelques mois maintenant que l’on attend l’album H.I.V (Humanity Is Vanishing), le premier album de Jovi, rappeur d’origine camerounaise (vivant au Cameroun). Et je n’exagèrerais sans doute pas si je rajoutais le premier album le plus attendu de l’histoire du hip hop camerounais ! Et bien, j’ai le plaisir de l’avoir écouté en avant-première et mon verdict… la mort !
Un album qui révolutionne le paysage urbain camerounais
D’un point de vue artistique, c’est un album que je qualifierais de complet, dans l’air du temps, respectant les codes du genre, conçu très intelligemment avec des collaborations plus qu’enrichissantes, notamment certaines rendant un vibrant hommage à la musique classique africaine («Pitié» avec Tabu Ley Rochereau, «Bush Faller» avec Eko Roosevelt…), d’autres introduisant la nouvelle génération ou encore avec le grand Krotal (précurseur du genre). Tout ceci avec une touche pourtant très authentiquement et agréablement camerounaise.
Le pidjin, les sonorités, les sujets, bref un produit muri, crée et né au Mboa. Car quand tu reconnais les mots, Cérélac, Nido, Mabanda, Ndolo, Donatien, Bobolo, Peppe Soup, Koki, Eto’o, Tuborg, Bosco, Mbutman, Sentiment Moko, Njangui, Faroter, Cameroon Oye, Achombo… et que ça te fait quelque chose, tu sais que tu es camerounais (voire africain).
Ceux qui ne parlent pas anglais ou Pidjin ne s’en rendront peut-être pas toujours compte mais les paroles sont crues et dépeignent la dure réalité, dans laquelle beaucoup de camerounais se reconnaitront. Alors des punch line à la camer, politiquement incorrectes ça vaut le détour ! Mes préférées : «Don’t need to know how much everything will cost me, just know i got the bill, Cosby». «My flow is so dope, what the fuck is marijuana. Ok, ok go smoke it if you wanna», «I shit on beats, Motto».
Mes coups de coeur : Don 4 Kwat, Man Pass Man, Pitié, 2 Much, Bush Faller, New Star, You Never Know.
Attention, quand je le qualifie comme étant le premier du genre, c’est selon des critères précis : la qualité du travail, la disponibilité du produit, la stratégie de communication, la pochette de l’album, le titre de l’album, les clips vidéos, la présence sur les réseaux sociaux et enfin la diffusion sur des grosses chaines musicales internationales.
Je ne voudrais pas que certains aînés s’offusquent car ceci ne remet pas en cause leur talent, puisque sans eux Jovi n’existerait pas. Mais disons qu’il a repris le flambeau et amené le genre encore un peu plus loin, et d’ailleurs comme on souhaite que ses cadets le fassent un jour.

 

Plus qu’un album de hip hop, un symbole, un espoir
Je vois en cet album un symbole, un espoir que la musique camerounaise revête encore ses dignes couleurs et brillent au firmament.
Cet album est la preuve supplémentaire que l’endroit où l’on naît ne devrait jamais définir qui l’on est ou qui l’on devient, juste un point de départ.
Et là où il a fait fort le Don 4 Kwat, c’est qu’il réussira probablement à faire écouter du rap camer à nos parents. Car je l’ai fait écouter à ma mère et elle adore, alors que ce n’est pas son genre. C’est dire ! Et oui, il a su mettre les ingrédients qui plairont à plusieurs générations, à des camerounais, à des africains, aux anglophones, aux francophones etc. Et surtout, Jovi sait reconnaitre qu’il y avait des talents avant lui et après lui. Selon moi, les 3/4 de l’album seront très probablement des tubes pour différentes catégories de personnes et sur différents marchés.
J’ai personnellement suivi le processus de création de l’album durant ces derniers mois, et je peux témoigner que c’est la somme d’heures entières passées en studio, beaucoup de nuits blanches, beaucoup de sacrifices et beaucoup d’abnégation. Preuve palpable d’une grande détermination et d’une foi inébranlable en son rêve. Le label Mumak Records a vraiment une vraie stratégie pour ses artistes et l’applique de façon professionnelle. C’est pour moi le Young Money Cash Money Camerounais ! Et quand on connait le parcours du YMCMB, ça laisse augurer de très bonnes choses !

 

H.I.V, un futur album à succès
Alors, je prédis à cet album un franc succès international et j’entrevois déjà de grandes collaborations avec des artistes connus internationalement. Ne vous étonnez pas de retrouver Jovi aux MTV Africa Music Awards ou encore aux BET Awards un jour, car il en a la capacité et il en prend le chemin.
Le seul regret que j’ai eu quand j’ai fini d’écouter cet album, c’est qu’il soit déjà terminé. Oui, on voudrait en écouter encore et encore.
Alors, c’est avec une grande fierté que je vous recommande vivement et chaleureusement  de l’acheter (j’ai bien dit acheter) d’abord parce qu’il est une vraie réussite et ensuite pour récompenser justement le travail de l’artiste.
Consommons camerounais, consommons africain !
Bonne chance «broda»*, et ramasse nous les récompenses et le rond*, il est temps que l’argent sorte du Hip Hop au Cameroun et en Afrique !
Sortie : 30 août 2012

* frère

** l’argent

C.V.F

 

Acheter l’album !

Tout sur Jovi.

Suivez Jovi : Facebook: JoviOfficial  Twitter: @JoviLeMonstre

Previous article Football : Alexandre Song au Barça – Les premières images
Next article Le prince Harry tout nu à Las Vegas ! WandaFul !
Céline Victoria Fotso ou l'esprit créatif. Femme d'affaires, designer, community manager ou architecte événementielle, telles sont les multiples casquettes de Céline Victoria Fotso, fondatrice de Je Wanda Magazine. Riche de ses expériences multiples, cette diplômée en marketing de l'Ecole Supérieure du Management de l'Entreprise à Nice et de l'Académie des Arts et du Design de Montréal, se consacre depuis trois ans à bâtir un pôle d'activités créatives tourné vers l'Afrique. Ainsi, après avoir collaboré au sein des services marketing et commercial d'enseignes de renom telles que Yves-Saint Laurent, Michaël Kors, Smalto, ou encore Réminiscence, cette passionnée de culture, d'Afrique aux goûts éclectiques finit par créer Je Wanda & Co, un concept nouveau à mi-chemin entre le web, l'événementiel, la mode et la communication. Véritable fruit de sa brillante inventivité, et de son insatiable fascination pour les individus et la mixité des cultures. Son rêve : Incarner une Afrique jeune, moderne et en mouvement, loin des multiples stéréotypes négatifs récurrents. Autrement dit, montrer une Afrique résolument positive qui ose.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.