Home A la Une Interview : A la rencontre de Rosy la “Kilos Killer” – Cameroun

Interview : A la rencontre de Rosy la “Kilos Killer” – Cameroun

0
Interview : A la rencontre de Rosy la “Kilos Killer” – Cameroun

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-001

Wanda People, vous savez que nous sommes toujours à l’affût de personnes Wandayantes et ce, quelque soit le domaine. Après le buzz de l’article sur Olivia la Fabuleuse qui à ce jour comptabilise plus de 30 000 vues, aujourd’hui la demoiselle qui a retenu notre attention sur la toile s’appelle Rosy, et ce qui nous a intéressés chez elle, c’est sa perte fulgurante de poids et sa personnalité rayonnante. C’est ainsi que sur les réseaux sociaux Rosy accompagnée de ses “Rosynettes” vont à la chasse aux kilos et montrent aux internautes le fruit de leur évolution afin de s’encourager davantage ! Cela en est même devenu une activité professionnelle. Découvrons le parcours admirable de cette jeune camerounaise à la détermination sans relâche ! Allons à la rencontre de Rosy la “Kilos Killer” !

Je Wanda Magazine : Parle-nous un peu de toi Rosy ?

Rosy Mekomou : Je m’appelle Rosy Mekomou, Camerounaise, Bamiléké, vivant en région parisienne, France. J’ai vécu au Cameroun jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat, ensuite je suis venue en France continuer mes études. J’ai atterri dans une petite ville pas loin de Lyon (Grigny) où je suis restée 3 ans (2002-2005). Je suis montée par la suite à Lyon dans le 6è puis 2è arrondissement (2005-2012). Depuis mars 2013 je suis définitivement en région parisienne.

Je suis titulaire d’un Bac+5 en marketing spécialisation chef de produit à l’ISEG Lyon et à la Dublin Business School.

J’ai occupé précédemment des postes de :
– Assistant/Chef de produit junior au siège social de Carrefour
– Gérante de Loveline Heels (distribution de chaussures en ligne)
– Chef de produit junior chez Brenntag N°1 de la distribution de produits chimiques  et de spécialités en France et dans le monde.

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-6

JWM : ‎Tu as été remarquée sur les réseaux sociaux pour ta perte de poids phénoménale. Tu as perdu 60kg en 2 ans. Peux-tu nous parler de cette expérience ?

R.M. : Je n’ai jamais vraiment été mince, à 15 ans je pesais déjà 85 kilos. Je ne me souviens pas avoir fait 60 kilos un jour (rires).

Je suis arrivée en France en 2002 avec 85 kilos, j’ai pris beaucoup de poids au fil des années, un poids dû au stress je pense. Loin de ma famille, loin de mes amies je me suis réfugiée dans la nourriture. Je n’étais pas bien dans ma peau, et plus j’étais mal plus je mangeais, plus je mangeais plus j’étais mal. C’est devenu un cercle vicieux duquel j’avais beaucoup de mal à sortir. Je mangeais beaucoup de “junk food”* bien évidemment (lol).

Entre 2003 et 2014 mon poids a beaucoup fluctué, comme on dit couramment, j’ai fait beaucoup de yoyo. Je suis passée de 85 kg à 120 kg avec des variations plus où moins importantes.

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-8En 2003 je me suis faite poser un anneau gastrique et de 2003 à 2011 j’ai perdu 40 kilos, mais j’en ai repris 50. Aujourd’hui certaines personnes malveillantes diront oui, elle a maigri grâce à son anneau, à sa “sleeve”**, à son bypass, à sa liposuccion ou autre. Ce que les gens doivent comprendre c’est que l’anneau, la sleeve, le bypass, la liposuccion ou même des comprimés pour maigrir ne vont pas te guérir de l’obésité ou du surpoids. Ce sont des aides pour te booster dans ta perte mais en aucun cas un remède pour cette maladie.

Ce qui m’a décidé au départ ce sont des problèmes de santé. En 2011 on m’a détecté du diabète, la graisse autour du cœur (risque de crise cardiaque à 90% donc je pouvais mourir à tout moment à cause de mon poids) et le rhumatisme.
Mais aussi, le regard des autres, l’impression d’être toujours mise à l’écart, mais en fait je me mettais à l’écart toute seule parceque je me trouvais trop grosse. J’étais devenue solitaire, je ne sortais plus de chez moi.
Et puis la mode. J’avais beaucoup de difficultés à m’habiller quand j’entrais dans un magasin de vêtements standard c’était la déprime du coup je ne faisais plus de shopping.

Face à tout cela, j’ai décidé de me prendre en main et de faire ce qu’il fallait pour maigrir.
J’ai été suivie par 4 spécialistes de l’obésité, j’ai changé mon alimentation et me suis mise au sport. J’ai surtout découvert grâce à une amie (Améthyste Kyle) le DVD de sport “Black girls workout too” qui m’a beaucoup aidé et depuis c’est une belle histoire d’amour entre moi et ce DVD (rire).

J’ai perdu 60 kilos en 2 ans, je me sens mieux dans ma peau ce qui n’a pas toujours été le cas.

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-4

JWM : ‎ On voit le résultat impressionnant aujourd’hui mais on s’imagine que cela n’a pas‎ dû être facile, qu’est-ce qui a été le plus dur pour toi ?

R.M. : Le plus dur pour moi a été d’apprendre à manger sainement, de changer mes habitudes alimentaires. J’ai dû faire un travail sur moi pour manger des légumes (je détestais ça beurk lol), pour faire mes 3 repas par jour (je n’avais jamais le temps surtout le matin), pour boire mes 1.5L d’eau par jour.
Également de faire du sport, quand j’ai commencé le DVD, j’avais des courbatures, mal à la tête, le vertige, mon corps ne voulait pas suivre, c’était dur, très très dur, je pleurais des fois devant mon miroir tellement j’avais mal.
Mais j’ai forcé, à aucun moment je n’ai lâché. Au début, je faisais au moins une session par jour 7/7 jr. Je faisais parfois 2 sessions par jour quand je stagnais pour booster ma perte. J’en voulais tellement. J’avais les yeux rivés sur l’objectif que je m’étais fixé au début de mon combat, à savoir 60 kilos.

JWM : Cette perte de poids a-t-elle changé ton style de vie ? Comment te sens-tu aujourd’hui ? Et surtout la question que tout le monde se pose, c’est comment tu te maintiens ?

R.M. : Plus ronde, je donnais l’impression d’être heureuse, épanouie, bien avec mes kilos pourtant je me détestais profondément. Peut-être l’étais-je d’une certaine manière jusqu’à ce qu’on me détecte 3 maladies graves liées à mon obésité.

Aujourd’hui avec 60 kilos en moins, je me sens nettement mieux. Je suis guérie des 3 maladies, plus de diabète, plus mal aux genoux et risque de crise cardiaque réduis à 0.1%. Je mange sainement et fais beaucoup de sport.

Psychologiquement je me sens mieux, et j’ai plus confiance en moi. J’apprends à aimer ce nouveau corps malgré les séquelles causées par cette grosse perte (un peu de peau, cicatrices…), ce qui n’est pas facile au quotidien. Mais comme je dis souvent hein, je préfère avoir la peau qui pend que d’avoir 60 kilos en plus (plus jamais)! et celui qui n’est pas content saute et cale en l’air (rire).
Bon… Trève de plaisanterie, je suis une nouvelle personne, bien dans ma tête et bien dans mon corps.

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-9

JWM : ‎Peut-on considérer que tu as atteint ton objectif en matière de poids ? D’autres changements en vue ?

R.M. : Je n’ai pas atteint mon objectif en matière de poids. Mon objectif est de stabiliser toute ma vie ayant déjà eu -40/+50 avec un l’aide d’une chirurgie bariatrique***, je sais que je peux reprendre à tout moment. Donc ce combat contre l’obésité sera un combat à vie. Certaines personnes m’ont dit que je vais tout reprendre comme la première fois, je leur donne rdv dans 10 ans 😉

JWM : Bon entre nous, et avec les gars, ça se passe comment maintenant que tu es mince ? Et plus généralement, quel est le regard des gens ?

R.M. : (Rire) J’avoue avoir plus de dragueurs aujourd’hui que quand j’étais grosse. Ça prouve que l’apparence compte énormément dans notre société. Ceux qui m’ont connue avant et qui me voient maintenant sont impressionnés par mon courage (ce sont leurs dires).

Ceux qui me découvrent maintenant sont choqués (rire) et n’en reviennent parfois pas. Certains doutent du genre “est-ce que c’est pas photoshopé tes photos ?” (ça m’amuse). D’autres m’encouragent dans mon combat.

JWM : Cette expérience de vie t’a menée à développer un projet professionnel lié au fitness, peux-tu nous en parler ? Comment ça t’est venu ?

R.M. : Aujourd’hui je me lance dans une nouvelle aventure professionnelle en créant mon entreprise de coaching pour aider les personnes obèses ou en surpoids, à perdre les kilos superflus qui peuvent gâcher leur quotidien.

J’ai décidé de faire de la lutte contre l’obésité mon combat. Ainsi, je propose du coaching alimentaire, sportif et relooking afin d’aider tous ceux qui souffrent de cette maladie.
J’ai d’autres projets en cours comme l’écriture d’un livre pour raconter mon histoire et plein d’autres, just stay tuned…

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-25
Les “Rosynettes” s’encouragent mutuellement et postent leur perte de poids coachée par Rosy

JWM : Tu viens du Cameroun, quel est ton rapport avec ton pays ? Y retournes-tu souvent ? Que penses-tu de la perception du poids en Afrique ?

R.M. : J’aime beaucoup mon pays, j’y retourne de temps en temps pour me ressourcer.
Je ne parlerai pas de l’Afrique n’ y ayant pas beaucoup voyagé, mais je parlerai du Cameroun. Je trouve qu’il y a beaucoup de problèmes de poids dû à une alimentation très riche et très grasse : sauce jaune, kondrè qui baigne dans l’huile, ndole, l’okok (aie ma mort lol, et j’en passe). Mais notre société change et les comportements évoluent dans le bon sens.
Dans le passé les femmes se laissaient aller parce que les gars disent aimer les femmes avec des  formes généreuses. Mais on oublie que trop de graisse tue.
Aujourd’hui les choses changent, dans la nouvelles génération, les hommes et femmes qui ont pris du poids veulent maigrir, et ceux qui sont minces veulent le rester. Les choses évoluent et c’est bon pour la santé j’ai envie de dire.

JWM : A quoi attribues-tu le succès de ta transformation physique ? ‎Et qu’est-ce que tu te permets aujourd’hui que tu ne pouvais faire avant ?

R.M. : Voici les indispensables qui selon moi sont à l’origine de ma transformation physique :
– La détermination
– La discipline
– L’assiduité dans mon régime alimentaire.
– La régularité dans le sport.
– La patience, car il faut avoir le courage de se dire ok, ces kilos je ne les ai pas pris en 2 jours alors je ne les perdrai pas définitivement pas en 1 ou 2 semaines ou 2 même 1 mois. Ce sera un combat qui va durer 1 an, 2 ans voire plus ensuite stabiliser toute ma vie via un bon rééquilibrage alimentaire.

Nouveau corps, nouveau look !
Nouveau corps, nouveau look !

Aujourd’hui :

– Je n’ai plus de problèmes de santé liés à l’obésité
– Je peux désormais m’habiller dans n’importe quel magasin, je suis passée de la taille 52 à la taille 34
– Je peux monter des escaliers sans m’essouffler ou sans avoir mal aux genoux.
– Je suis plus ouverte au monde extérieur, je sors avec mes copines, shopping, restaurant, soirée etc.

JWM : Un ou deux conseils pour celles qui veulent perdre quelques kilos en trop ?

R.M. :  Soyez déterminées. Changez votre alimentation et mettez vous au sport il n’y a que ça de vrai au final. Faites-vous aider car toute seule ça peut être difficile.
Soyez patientes. Rome ne s’est pas construite en un jour. Les personnes obèses et en surpoids se découragent en route quand elles stagnent. Donc patience et persévérance sont la clé.
Pour terminer, fixez-vous un objectif de perte global sur 1 ou 2 ans et des objectifs par pallier d’un mois, ensuite d’une semaine.

Si vous avez besoin d’aide, contactez moi… Much love, Muah !

La rejoindre sur Facebook.

 

*malbouffe

**L’intervention de la Sleeve gastrectomie ou ” gastroplastie verticale calibrée avec résection gastrique ” consiste à retirer une grande partie de l’estomac, pour former un tube.

***La chirurgie bariatrique est un type de chirurgie consistant à restreindre l’absorption des aliments, diminuant, de fait, l’apport calorique journalier : elle apporte un remède chirurgical à l’obésité.

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-2

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-11

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-16

interview-rosy-kilos-killer-jewanda-18 interview-rosy-kilos-killer-jewanda-23

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.