Home A la Une Interview : Paola Ndengue parle de la blogosphère noire mode

Interview : Paola Ndengue parle de la blogosphère noire mode

1
Interview : Paola Ndengue parle de la blogosphère noire mode
paola-audrey-ndengue-fashizblack-jewanda
Paola Audrey Ndengue
Il y a trois ans, Paola Ndengue, Rédactrice en Chef du magazine Fashizblack, publiait un article très intéressant sur son blog en réponse à une de ses lectrices qui s’interrogeait sur la blogosphère noire dans l’univers de la mode en France. Elle s’étonnait du manque de “modeuses” noires influentes dans le domaine (constat que nous partageons et qui ne se limite malheureusement pas qu’à la mode), se demandant s’il y avait un clivage racial aussi à ce niveau. Nous étions curieux de savoir quelle était la tendance aujourd’hui, elle nous a donc accordé une interview pour nous éclairer sur la planète mode.
—————–
 
Trois années plus tard, quel est le bilan selon toi ? La blogosphère noire de la mode a-t-elle changé ? De nouvelles bloggueuses noires ont-elles émergé? Y en a-t-il qui sont devenues influentes en France ? (Hors de leur communauté d’origine ? Internationalement ?)
Pourquoi ?
Les blogueuses afros sont de plus en plus visibles, et un certain nombre d’entre elles travaillent déjà avec quelques marques mais tout cela est la plupart du temps dans le domaine de la beauté. Dès lors que vous parlez de cheveux et de tout ce qui a un rapport avec la beauté noire, vous avez plus de chances d’émerger dans la blogosphère afro-française. Le domaine de la mode, comprenant les fameux “daily looks” (photos de tenues quotidiennes), reste encore secondaire ou alors, les blogueuses ne s’y consacrent pas entièrement. Bien sûr, il y a plus de blogs sur le plan numérique, mais quand il s’agit de blogueuses qui apparaissent comme des leaders incontestées à échelle française, aucune n’a particulièrement attiré mon attention depuis.
 
Les médias n’y sont-ils pas aussi pour quelque chose ? Quel pourrait être le rôle d’un média comme Fashizblack dans l’émergence de nouvelles figures noires dans la blogosphère mode en France ?
En tant que média, on peut bien sûr participer à pousser le mouvement. Du moins, c’est ce que nous faisons chez Fashizblack, que ce soit sur notre site ou notre page facebook. Nous postons des looks de blogueuses afro de divers pays et avec des looks très différents, et ces posts suscitent d’ailleurs beaucoup d’intérêt. Mais c’est pratiquement tout ce que nous pouvons faire à notre niveau, aux jeunes femmes qui nous lisent de trouver le courage qui leur manque pour ouvrir leur blog. Par ailleurs, pendant que j’y suis, je précise qu’avoir un blog est un plaisir bien sûr, mais pour que celui-ci ait un minimum de visibilité, il faut respecter certaines normes (mise en page, régularité des posts etc..).
 
Et les garçons ? On parle beaucoup des jeunes femmes, qu’en est-il de ces messieurs ? 
En France, je n’en connais aucun à part Les Frères Joachim. Mais à l’étranger, j’aime beaucoup Joseph Adamu et Dapper Lou qui sont en quelque sorte, des valeurs sûres.
blog-freres-joachim-jewanda
 
Évidemment la réflexion nous mène en Afrique, quel est ton regard sur la blogosphère africaine mode ? Qui sont les blogueurs mode depuis le continent qui ont retenu ton attention ? Entrevois-tu un avenir à l’instar de ces blogueurs occidentaux ?
 
Pour ce qui est de l’Afrique, de manière générale, le blogging Mode avance au rythme de l’industrie de la mode dans les pays concernés. Donc forcément, vous avez une omniprésence de blogueurs et blogueuses mode venant des deux principaux pôles de la mode en Afrique, soit l’Afrique du Sud et le Nigeria.
Il y a notamment Adaku, du blog Third World Profashional que je suis. Il y a l’incontournable blogueuse kenyane Nancy, dont le blog “Nancy Mwai“, est une véritable success story.  Il y a l’incroyable Louis-Philippe de Gagoue, un étudiant en stylisme d’origine ivoirienne vivant au Maghreb, et dont le style est unique. Ses photos sont de mini-éditos Mode, tant le décor est souvent aussi important que ce qu’il porte. Bien sûr, il y a aussi les sud-africains du groupe “I See A Different You“, une sorte de réponse africaine au blog américain “Street Etiquette”. J’ai d’autres blogueuses Mode de divers pays africains sous le radar et dont je surveille l’évolution.
 
Pour la question de l’avenir des blogueurs mode: l’avenir du Fashion Blogging est intimement lié à la question de la démocratisation de l’accès au web en Afrique. Ceci dit, la plupart des blogueurs que j’ai cité plus haut commence déjà à gagner en notoriété. Ils ne vivent pas encore de leurs blogs, mais ils sont invités aux événements prestigieux (Third World Profashional et la dernière Lagos Fashion & Design Week), font des campagnes (I see a different you pour Studio Africa par Diesel) ou sont plus ou moins sponsorisés (Samsung et Nancy Mwai). Donc nous sommes encore sur un secteur “de niche”, mais qui devrait en principe prendre en importance dans les prochaines années.
 
Tu es toi-même à tes heures perdues une blogueuse dont nous aimons bien les interventions sur des sujets très variés, qu’est-ce que cela t’a apporté ? Arrives-tu encore à le faire avec tes activités au sein du magazine ?
 
Merci pour mon blog. Bloguer m’a énormément apporté, notamment en termes d’opportunités professionnelles. A l’époque où je le faisais assidument, c’était une sorte de CV en ligne où je partageais à la fois mes centres d’intérêts à un instant précis mais aussi, mes qualités rédactionnelles et mon ton d’écriture. Cela m’a permis de belles rencontres et de conseiller une variété de personnes (artistes, entrepreneurs etc..). 
Aujourd’hui, je blogue professionnellement sur 2 plateformes hors Fashizblack, dont le blog musical nigérian NOTJUSTOK, en plus de ce que je fais par ailleurs. J’ai donc très peu de temps pour bloguer sur mon propre blog. Mais je suis actuellement en pleine réflexion sur la question. Pour 2014, je vais peut-être transformer mon blog et sa ligne éditoriale pour le rapprocher de mon secteur d’activités (mode, musique et cinéma africains) et écrire dessus plus souvent. A voir…
 
As-tu des conseils à donner à nos lecteurs qui voudraient se lancer dans le blogging mode ? Y a-t-il des tendances à connaître dans le domaine ? Le meilleur hébergeur selon toi ? Ce qu’il faut faire et ne surtout pas faire.
 
Ce que je dirais pour commencer, c’est qu’il n’y a pas de recette miracle pour devenir un blog à succès. Parfois, c’est l’élément que vous négligez qui va créer votre valeur ajoutée… mais ces choses prennent du temps. Si vous ouvrez un blog mode, faîtes-le par passion, pas pour la célébrité virtuelle, ni pour les cadeaux que vous enverraient les marques X ou Y. Un blog, ça peut être chronophage, faut s’en occuper, l’alimenter. Donc si vous n’avez vraiment pas envie de le faire, ne vous forcez pas sinon vous en aurez assez au bout d’un mois ou deux, voire moins. D’autre part, je recommande de choisir une mise en page agréable (c’est-à-dire pas de couleurs trop criardes ou des photos en background qui débordent du cadre), une bannière visible mais qui n’étouffe pas le premier tiers de votre page d’accueil, un nom qui se retient et s’écrit facilement, et de préférence, pas plus de 6 à 7 posts par page (sinon la page met long à charger, il n’y a pas mieux pour faire fuir les visiteurs).
Pour ce qui est de l’hébergeur, tout dépend de ce que vous voulez faire. Si vous voulez juste un petit blog sympa pour vos looks du jour, Blogspot fera l’affaire. Par contre, si vous voulez un blog qui fasse un peu plus professionnel (Blogazine) ou souhaitez faire passer votre nom de domaine en “.com”, je recommande plus WordPress, dont les fonctionnalités sont plus nombreuses.
kelly-rowland-fashiblack-couverture-jewanda.2Après Les sœurs Simmons, Solange, Sessilee Lopez, c’est au tour de Kelly Rowland qui vous fait l’honneur de faire la couverture de Fashizblack de cette fin d’année (félicitations !). Comment cette opportunité s’est-elle présentée ?
 
Merci ! Nous souhaitions avoir une célébrité pour le numéro de fin d’année, un peu en guise de cadeau pour nos lecteurs. Nous étions déjà en contact avec l’équipe de Kelly depuis plusieurs mois, mais son agenda étant toujours chargé, nous avions sans cesse repoussé le shooting. Finalement, entre deux enregistrements pour l’émission X FACTOR USA, on a eu son feu vert. Nous avons donc commencé la mise en place, discuté des pistes en matière de direction artistique, puis ma collègue Laura Eboa a pris en charge la réalisation.
 
Comment s’est deroulé le shooting ? Et nos lecteurs se demandent (bon et nous aussi hein), alors, elle est comment Kelly ?
 
Le shooting a été super ! Kelly est une professionnelle, en plus d’être très pieds sur terre alors qu’on pourrait croire qu’elle n’a pas à l’être. Elle dansait pendant les prises, se laissait facilement coiffer, maquiller, habiller. Toujours un mot gentil ou un sourire pour le staff.. en un mot: adorable !
 
Que de chemin parcouru depuis le skyblog, le mag en ligne et la levée de fonds au sein de vos lecteurs, maintenant un article dans Forbes Afrique (re-felicitations !) que s’est-il passé depuis (pour ceux qui suivent l’aventure depuis un moment) ?
 
Re-merci ! Hé bien depuis, on n’a pas arrêté. On continue de travailler comme des forcenés parce qu’on sait que plus que jamais, un média comme Fashizblack a sa place et peut être plus que viable. Nous avons organisé des événements, lancé une ligne de produits dérivés (les sweats DIVER-CITY), avons été partenaires de fashion weeks..ça a été une année chargée. Maintenant que nous approchons de notre dixième numéro en kiosques, nous sommes en pleine rétrospective. Nous réfléchissons aux directions les plus pertinentes à prendre pour notre marque média dans le futur, et notamment à notre développement ou un repositionnement à l’international.
 
Alors c’est comment l’entreprenariat ? Des conseils à ceux qui veulent se lancer un jour ?
 
L’entrepreneuriat ? Ce n’est clairement pas un passe-temps, on y entre comme on entre en religion: c’est 24h/24, faut être dédié, prêt à encaisser ce qui vient et toujours avoir un ou deux coups d’avance. C’est un challenge personnel presque tous les jours, mais c’est aussi ça la beauté de la chose. 
A ceux qui veulent se lancer un jour, je dirais de prendre le temps de la réflexion et surtout, de la recherche. On n’est jamais trop prêt, c’est clair, mais renseignez-vous sur ce qui se sont lancés avant vous dans le domaine qui vous intéresse. Et évaluez bien à quel point vous êtes prêts à vous investir (temps, énergie) avant, la réussite de votre entreprise reposera pas mal dessus.
 
Un dernier mot ?
 
J’ai déjà pas mal bavardé, non ? Je wanda (c’est le cas de le dire !) 😉
 
Visiter le site de Fashizblack et le blog de Paola.
—————
Voici les recommandations de Paola Ndengue des bloggeuses à suivre…
Scheena : les photos sont belles, le blog est agréable à visiter
Gabby : J’adore ses cheveux, son style est très sobre et portable, avec une attention particulière au détail qui fait tout dans le look (le manteau bien coupé, la belle paire de bottines en cuir etc..)
Melocy‎ : elle a un côté girl Next door que j’aime bien. On s’identifie facilement et son blog dégage beaucoup de douceur
Assitan : la blogueuse Rock par excellence. Toujours en noir, minimaliste et très fidèle à son style.
Rosa : elle fait partie des incontournables, même si elle est plus axée Beauté que Mode.
–  Ashleigh : elle n’est pas française mais j’aime beaucoup Ashleigh parce qu’elle a un oeil pour les bons accords et les belles pièces.. Son look est souvent “Sporty Couture”, très urbain mais tout en restant féminin.  C’est l’anti-nunuche par excellence, sûrement ma blogueuse afro favorite.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.