Home A la Une Chronique : L’art des rencards à l’ère du Web 2.0

Chronique : L’art des rencards à l’ère du Web 2.0

0
Chronique : L’art des rencards à l’ère du Web 2.0

Rencontres-en-ligne

Vous souvenez-vous du passage dans La vérité si je mens où Dove et Patrick, fraîchement revenus des States, racontent leurs expériences avec les femmes américaines ? Ah les dates ou rencards ont beaucoup évolué depuis le temps de nos parents. Aujourd’hui à l’ère du Web 2.0, des smartphones et de Facebook, certains prônent un retour aux sources. Ils avancent que la place grandissante qu’occupent les nouvelles technologies dans nos vies a contribué à rendre les jeunes hommes beaucoup moins courageux, voire mous.
Je me souviens encore de mon premier rencard comme si c’était hier. À peine arrivé dans mon nouveau lycée, j’avais au grand regret de ma mère, deux objectifs : intégrer l’équipe de basket et trouver une « go ». Le premier fut atteint sans trop de difficultés, le deuxième allait nécessiter un processus plus long voire même une stratégie ! Il me fallait dans un premier temps identifier la fille en question, développer une approche et boucler le tout par un rendez-vous. À cette époque, nous n’avions pas de smartphones, Mark Zuckerberg avait 11 ans et Facebook n’avait certainement pas encore atteint son stade embryonnaire. Je devais procéder en live ! Que de réflexion et de préparation précédant chaque move. Je ne pouvais essuyer un refus. Cela aurait signifié que je m’affichais, chose qui pouvait grandement influer sur ma côte de popularité dans mon nouvel établissement. Je n’avais aucune envie qu’on se souvienne de moi comme le gars que Chloé (nom fictif) avait barré. Bref, un premier rencard, bien que certainement beaucoup moins laborieux que celui de mes parents, nécessitait une préparation et un minimum de cran.
Retour vers le futur. Nous sommes en 2013, ma soeur maintenant en âge de sortir et à l’aube de son départ pour l’université est toute excitée à l’idée de prendre part à son bal de fin d’année. Moment important dans le système d’éducation américain, la Prom ou bal de fin d’année marque la fin de plusieurs années à la merci des profs et des parents. C’est le début d’une semi-liberté où l’on choisit son université, ses cours, où l’on décide d’y assister ou pas, de faire ses devoirs ou pas, bref c’est le moment où les jeunes, femmes ou hommes, démontrent leur niveau de responsabilité. Mais avant tout, le bal de fin d’année est l’occasion pour les jeunes hommes d’inviter la demoiselle qui les intéresse à être leur date. Oups, je me trompe encore d’époque celle que je viens de décrire est la mienne. En discutant avec ma soeur, je me suis aperçu à ma grande surprise, que les choses avaient changé et que je n’étais plus au fait des pratiques de notre ère. Ma soeur n’a pas reçu de demande face à face, mais un MP (message privé) via Facebook. Il n’était pas question que le gars vienne la chercher à la maison le jour J, mais plutôt qu’ils se retrouvent avec plusieurs amis en ville. Et la confirmation de RDV ? Un texto à quelques heures du bal indiquant le lieu et l’heure de rencontre provenant d’une amie de ma soeur.
L’art du dating a bel et bien changé me laissant avec un sentiment de nostalgie et de curiosité quant aux pratiques actuelles. Aujourd’hui, une demande de rendez-vous n’est nulle autre qu’une suite de textos qui nécessitent une capacité de décodage digne d’un agent durant les années de guerre froide. Beaucoup de jeunes ne savent même pas comment formuler leur première approche. Ayant grandi avec Facebook ou avec un smartphone à porter de main, ils sont traversés de sueurs à l’idée de décrocher le téléphone, le vrai, et faire une demande en direct. Envoyer un texto est beaucoup moins engageant. C’est un peu comme aller à la pêche. On jette sa ligne et on espère que ça morde.
Il en va de soit qu’un tel problème au sein de notre société ouvre la porte à plusieurs solutions adaptées à cette nouvelle demande créée par les nouvelles technologies. Au-delà des nombreux célibataires sur parship.fr, le service intègre à son offre un coaching amoureux. Tout au long de votre expérience, à l’image des parents il y’a belle lurette, ils vous aident à mieux vous présenter, cibler les bons candidats, préparer votre ça passe ou ça casse (RDV), moment ultime durant lequel vos impressions virtuelles se confirment… ou pas. Préparation sous une forme différente vous me direz, certes, mais j’ai déjà un mal fou à réviser la lettre de motivation que j’ai écrite il y’a une dizaine d’années. Comment pourrais-je monter un dossier en béton sur la personne que je suis, ce qui me branche, mes hobbies préférés ? Pour l’instant, je poursuis avec mon « Excuse-moi mademoiselle, tu me donnes ton zéro six ? »; mais qui sait ? Un jour peut-être vais-je tenter l’approche virtuelle.
Et vous ? Avez-vous déjà eu l’occasion de tester la panoplie de possibilités existantes à l’ère du web 2.0 ? Tapons les divers un peu et surtout ne soyez pas timides.

                                                                                                                                                                                                                                              E.A

L’article qui précède est un article sponsorisé. Parship.fr est un site de rencontre par affinités. Pour en savoir plus sur les services offerts, visitez le site.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.