Home JWD Mag Le Cameroun interdit Twitter Mobile !

Le Cameroun interdit Twitter Mobile !

0
Le Cameroun interdit Twitter Mobile !
Le site de micro-messages Twitter a été suspendu au Cameroun, a annoncé le groupe, dans un message publié mardi 8 mars. “Le service de SMS sur Twitter sur l’opérateur MTN Cameroun a été suspendu par le gouvernement camerounais”, explique l’entreprise.
Un peu plus tôt, l’opérateur de téléphonie mobile avait également annoncé la suspension de son service, qui permet, depuis la fin du mois de novembre, de recevoir gratuitement des “tweets” sur un téléphone portable, et d’en envoyer au prix d’un SMS.
CONTESTATION GRANDISSANTE
Ce blocage intervient alors que les groupes d’opposition ont lancé, depuis la fin du mois de février, des appels à manifester contre le président Paul Biya, président depuis près de 30 ans et candidat à une réélection. “Au ministère de la communication, pas de version officielle sur la question, néanmoins des voix autorisées sous le couvert de l’anonymat estiment effectivement que cette technologie permet à un grand nombre d’abonnés d’avoir rapidement accès à des informations susceptibles de conduire la population à troubler l’ordre public”, précise le Journal du Cameroun.
Mais pour le blogueur Dibussi Tande “la vraie ‘menace’ potentielle à la sécurité nationale (c’est-à-dire au régime de Biya) réside dans la combinaison des SMS standard et des smartphones, et non dans un service (Twitter), seulement utilisé par une poignée de personnes”.

Source : Le Monde

D’après le journal Le Jour, voici le message qu’auraient reçu les abonnés : “Cher client, pour des raisons indépendantes de notre volonté, l’accès au 8711 est désormais suspendu”. Merci de votre compréhension”. Quelques heures plus tard, un membre du service marketing de MTN Cameron tweetait “Pour des raisons de sécurité, le gouvernement du Cameroun demande la suspension de l’intégration Twitter sms sur le réseau”. Pour le moment, l’Etat camerounais ne s’est pas encore exprimé sur la question.

MON AVIS ?
J’ai des doutes sur la réelle utilité de cette mesure. Est-ce vraiment la meilleure façon d’éviter tout débordement ? Je ne crois pas franchement.
Je ne rentrerai pas dans le débat de la liberté d’expression, car là n’est pas la question. Twitter n’a pas été interdit, on va dire que les voies d’accès ont été limitées.
Par cette mesure le Cameroun pense prendre ses précautions face à un média qui fait désormais peur, et pour cause quand on jette un oeil du côté du Maghreb. Même si l’on peut comprendre la prudence, on peut y voir une double lecture : 1- L’état protège ses citoyens, après tout, saviez-vous que Barack Obama peut d’un seul bouton couper toutes les connexions internet sur l’ensemble du territoire des Etats-Unis, en cas de suspicion d’attaque terroriste via le web (oui, oui vous avez bien lu, Obama, c’est le plus fort de la terre !). 2- L’autre message possible en filigrane pourrait être aussi tout simplement la crainte.
Car le camerounais qui ne connait pas Twitter et qui ne sait pas comment ça fonctionne, comment va-t-il l’interpréter ? Le gars qui est au fin fond de Ngok Mapoubi (ville camerounaise), d’abord complètement largué sur l’affaire du net là, qui entend qu’un “quoi là” a été interdit (“Toui-quoi” ??!!), va tout simplement se dire que cette affaire est grave.
Dans les réseaux sociaux, Twitter est loin d’être celui le plus utilisé en comparaison à Facebook. C’est vraiment le moins à la mode au Cameroun (comme ailleurs d’ailleurs). A moins que l’Etat n’ait des informations que le grand public ignore sur la popularité du réseau social en question. Il est vrai qu’il est facile pour MTN Cameroon de quantifier le succès de ce service car par sms. Auquel cas, ce serait une confirmation supplémentaire que les réseaux sociaux sont bel et bien entrés dans les habitudes de camerounais.
Mais pourtant, on peut se dire que l’on pourrait facilement connaitre les sources de tweet puisque via un mobile, donc facilement retraçable.
Et puis entre nous, ceux qui connaissent le fonctionnement de ces réseaux sociaux savent bien qu’on peut tout aussi bien envoyer (gratuitement cette fois) un tweet depuis le wap.
Bon, le point positif, c’est que l’Etat camerounais prend les réseaux sociaux très au sérieux maintenant. Il est vrai que vaut mieux prévenir que guérir (ou pas d’ailleurs), je peux comprendre. Il est à prévoir que le phénomène des réseaux sociaux s’amplifie en 2011 au Cameroun. Moi, je dis, beau grand coup de pub à Twitter et MTN ! C’est en novembre que MTN Cameroon avait lancé ce service qui permettait d’accéder à Twitter via sms. If you don’t know, now you know, n….. ! (Répé ou rémé, si tu ne sais pas de quoi je parle, laisse c’est pas grave, ce sont nos références Biggie Style, tu peux pas comprendre).
Ceci étant, je crains que cette mesure n’affiche juste un peu plus la méconnaissance des réseaux sociaux en Afrique. C’est sûr, ils ont une force je dirais même incommensurable, et ils sont à prendre en considération dans la façon dont nous vivons tous aujourd’hui (et c’est Ben ni Hosni qui diraient e contraire!). Mais j’ai de sérieux doutes quant à l’efficacité d’une telle mesure au Cameroun. N’aura-elle pas plutôt des effets indésirables ? Il ne faudrait pas tomber dans le mimétisme et interdire sans réellement comprendre le phénomène. Il faut prendre la chose au sérieux sans pour aussi la grossir.
Je pense plutôt qu’il faut aller sur le terrain et mettre les mains dans le cambouis. En somme, COMMUNIQUER ! Et sur le bon support.
Enfin, naturellement, je dis ça, mais je dis rien… Après tout, ce ne sont que les élucubrations (éclairées) d’une blogueuse avertie.

 

C.V.F

Nous suivre sur Twitter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.