Home Blog “The 25000”

“The 25000”

0
“The 25000”
25000 jeunes recrutés dans la fonction publique camerounaise !


Ça sonne quand même bien hein ! 25000 futurs ex “nguémé”* qui vont découvrir les bienfaits procurés par le CFA, 25000 “nyèman”** qui vont pouvoir attaquer la petite sans crainte du pouvoir financier du JCDPTTE (Jeune cadre dynamique à potentiel très très élevé). 25000 espoirs de la famille qui pourront enfin s’occuper du “répé”*** à la retraite, des “mbindi réfré”**** qui se « battent » et de la “récé”**** “bèlè”***** dont le pater a ndèm. 25000 jeunes de la diaspora qui vont pouvoir back au camer, eat le Ndolé, le Eru, le Ndomba, la carpe braisée… à volonté ! 25000 personnes qui auront le matricule “passe droit”. Les 25000…
De toute évidence la création d’emplois est un facteur déterminant dans le processus de développement et de stabilisation d’un Etat. De ce fait, tous ces emplois crées ne peuvent qu’être salvateurs pour l’avenir de la terre de nos ancêtres. Et les mesures qui y concourent devraient être accueillies avec le plus grand enthousiasme et félicitées avec la plus grande énergie. C’est pourquoi mon humble personne dit “Merci”, “Thank you”, “Abui ngan” à tous ceux qui ont contribué à rendre ce projet pharaonique -qui pourrait s’apparenter aux 7 travaux Hercule- réel !
Tout de même, je suis pantois, c’est vrai que des théories économiques contemporaines disent que l’offre crée sa propre demande, et que de fait, on pourrait penser que les 25000 (Yeah it sounds good like “the 300” , seuls les vrais se rappellent…)  trouveront  leur place dans la scène politique, la scène économique et …, c’est vrai (qu’en théorie) les 25000 apporteront un surplus de consommation qui relancera l’industrie et le commerce; un surplus d’épargne qui relancera l’investissement, donc le pays sera en haut (en théorie) ! Mais d’après les mêmes théories économiques, lorsque l’utilité marginale est atteinte, la capacité complémentaire est inutile et de fait, source de coûts supplémentaires et d’inefficience ! Leur apport sera donc une source d’inflation en théorie du moins.
Les gestionnaires préconisent d’analyser les structures existantes afin d’évaluer leur compétences, d’analyser le marché afin de comprendre les besoins et les attentes puis -exercice ultime- d’accroître ou de diminuer les facteurs de production ! Les économistes dans le même ordre d’idées préconisent de mettre en place des plans d’actions afin de déterminer le point marginal avant de prendre toute décision d’augmentation ou de réduction des capacités productives.
La fonction publique au Cameroun est dit-on minée par un surpeuplement des postes de travail et une répartition approximative des responsabilités (on dit même qu’il y a des gens qui sont “die” et d’autres qui n’ont jamais existé mais qui ont des salaires chaque mois, je wanda !), des fonctionnaires affectés dans des zones enclavés regagnent leur poste de travail pour la prise de fonction et après, n’y vont plus ! Les plus téméraires arrivent au bureau à 10h et en repartent à 13h (petit rappel : Au Cameroun la durée de travail légale est de 40h par semaine). Je suis toujours parcouru par un frisson de bonheur lorsque, dans un bureau administratif, je suis reçu par un fonctionnaire professionnel et souriant (comme si ce n’est pas normal vu que c’est moi qui le paie, bien sûr via mes impôts retenus à la source !). Et j’en ai rencontré, pas des masses on va dire, mais tout de même quelques uns !
Je veux croire que la décision de recrutement des 25000 a été précédée par une analyse de la structure de la fonction publique et par une définition claire des besoins (si ça n’a pas été fait, pourquoi ne pas y penser ?), sinon ils ne serons pas productifs, nos impôts ne pourront plus payer leur salaire et bonjour la dette ! Que paieront nos fils et petits fils ?! Mais tout de même, vu que les CV ne sont pas requis pour la 1ére étape, je me pose de sérieuses questions sur l’utilisation efficiente des ces jeunes hyper compétents (je crois hein !) qui ont si envie d’être utile à leur pays ?!
L’histoire retiendra que dans l'”Afrique en miniature” (le Cameroun), il est possible de créer de manière extraordinaire 25000 emplois en une année. Les pessimistes y verront une promesse électorale de plus, irréalisable de toute évidence comme toutes les précédentes. Les jeunes qui veulent y croire y verront l’existence d’une réelle réponse à un besoin manifeste, même si le potentiel est peu évalué (statistiques obsolètes). A titre de rappel, une évolution analogue de la création d’emplois a été observée en Allemagne après la guerre mondiale. L’Allemagne avait besoin du financement des alliés pour se RECONSTRUIRE, l’Afrique a le financement du monde entier (retour sur investissement le plus important du monde) et le Cameroun a besoin d’une jeunesse qui croit, qui sait et qui est capable de se bouger pour se CONSTRUIRE.
*foirés
** loosers
***pères
****petits frères, soeurs
*****enceinte

 

The Future

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.