Home Culture Art Théâtre : Danses Masquées Dogon (Mali), Maison des Cultures du Monde – Juin 2013

Théâtre : Danses Masquées Dogon (Mali), Maison des Cultures du Monde – Juin 2013

0
Théâtre : Danses Masquées Dogon (Mali), Maison des Cultures du Monde – Juin 2013
theatre-claude-levi-strauss-printemps-2013-danses-masquees-dogon
Dans le cadre du Festival de l’Imaginaire de Claude Lévi-Strauss, la Maison des Cultures du Monde présente les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 juin, une sortie de masques des célèbres Dogon, au Mali.
Depuis 1991, la troupe Awa (qui signifie “Société des masques”) de Sangha au pays Dogon au Mali a donné plusieurs représentations en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. Après une présentation en 1999 à Paris dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, elle revient pour l’édition 2013 de son spectacle réservé à tout public à partir de 10 ans, moyennant 15 ou 10 Euros. Constituée de quelque 26 membres, agriculteurs de métier, initiés à toutes les sociétés secrètes dogon, elle montera sur scène les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 juin 2013 respectivement à 20h, 18h et 17h à la Maison des Cultures du Monde.
Peuple devenu emblématique par le mystère dont ils surent et savent encore s’entourer, les Dogon vivent enclavés dans une région rocheuse du centre du Mali, entre plaine et plateau, accrochés à la falaise de Bandiagara. Musique et danse sont liées à un calendrier saisonnier pendant lequel sont pratiqués les rites des ancêtres, les rites funéraires et les rites agraires. Une société initiatique, l’Awa, est chargée d’accomplir les levées de deuil, moment central des rites funéraires et principale occasion de sortie des masques.
L’agilité prodigieuse des danseurs permet d’apprécier des enchainements de mouvements tels que la réception sur un pied, le ressort sur une jambe, l’envolée, les rebondissements, les pas glissés, les écartements et les tremblements des membres. Les masques ne parlent pas mais crient ou glapissent comme le renard, l’animal mythique des Dogon.

—————-

Tous les 2 ou 3 ans, lorsque plusieurs personnes sont mortes dans plusieurs villages, se déroule le Dama, cérémonie du départ des âmes des défunts qui donne lieu à une chorégraphie processionnaire dans les lacis étagés des villages. Un par un, les membres de l’Awa apparaissent, portant des masques de bois peints de couleurs vives ou des cagoules-muselières d’étoffe ornées de cauris, figurant des animaux de la brousse, des personnages types ou des symboles mythologiques. Ils forment un cercle entre les maisons des morts avant que l’un d’eux ne vienne occuper le centre par une danse acrobatique. La ronde se brise ensuite et les masques interviennent par couple ou bien un à un, appelés chacun par son chant qu’exécute un groupe de chanteurs et de tambourinaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.