Home Blog WandaFoot : Les fédérations de football – Un État dans l’État ?

WandaFoot : Les fédérations de football – Un État dans l’État ?

0
WandaFoot : Les fédérations de football – Un État dans l’État ?

 

Futur siège de la Fecafoot © Fecafoot

 

DEBAT : Wanda People, le football africain on le sait regorge de talents, cependant il est loin de son réel potentiel. Depuis le 19 janvier dernier se tient la CAN en Afrique du Sud, peut-être est-ce l’heure de faire un petit bilan. Nous vous proposons de débattre sur les maux qui affaiblissent ce football qui nous est si cher en se posant les bonnes questions afin pourquoi pas de trouver des pistes de solutions. Nous vous invitons ainsi tous à participer largement au débat afin que chacun puisse apporter sa (petite) contribution.
Le principe est simple, partons d’un constat, de faits, et soulevons des questions, émettons des critiques constructives des pistes de réflexions afin d’inspirer les tonton d’en haut pour mieux gérer ce business. Qui sait, peut-être que les yeux de certains d’entre eux viendront traîner par ici (ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ?). Nous aborderons quelques points (non exhaustifs)  en surface, l’idée étant que chacun s’exprime sur les sujets évoqués.
On se lance ? Go !

——————–

 

5. Les fédérations de football :  Un Etat dans l’Etat ?

 

Les conflits avec les joueurs

“L’ingérence de trop pour la Fédération togolaise

Hors, Emmanuel Adebayor figure dans la liste finale des 23 qui disputeront la phase finale de la CAN 2013 dans un groupe D, considéré comme celui de la mort, avec la Côte d’Ivoire, l’Algérie et la Tunisie. Mais, dans la liste initiale transmise par Didier Six à la Fédération togolaise de football, deux de ses coéquipiers, Matthieu Dossevi et Senah Mango ont été retirés et remplacés par les dirigeants togolais sans consulter l’avis du technicien français. Cette manœuvre, digne d’une mafia, a choqué l’attaquant de Tottenham qui, fatigué par le manque de professionnalisme de la Fédération, a donc jeté l’éponge pour l’édition sud-africaine. (…)

Alors que la fête du football africain ouvre ses portes dans 8 jours, le Togo ne cesse de défrayer la chronique sur le plan extra-sportif avec l’affaire des primes non payées face au Maroc en novembre dernier et désormais celle de la fausse liste des 23. On comprend pourquoi la FIFA a coupé les vivres à la sélection nationale en décembre dernier. Les prochains jours s’annoncent compliqués pour les Eperviers et un nouveau rebondissement n’est pas à exclure dans cette affaire décousue.”

Source : CAN 2013 : à quoi jouent Adebayor et le Togo ?

 

Des primes non payées

“Invité lundi dernier sur les antennes d’une radio togolaise, l’attaquant de Tottenham a accusé laFédération togolaise de football (Ftf) et notamment le président Gabriel Améyi de ne pas avoir payé les primes du match amical du 14 novembre face au Maroc. Un scénario qui rappelle l’embarrassant Marrakechgate pour lequel le capitaine des Lions indomptables avait écopé d’une suspension l’an dernier. 

Adebayor menace ! A moins de deux mois de la Coupe d’Afrique des nations, la tension monte chez les Eperviers du Togo. Dans une sortie médiatique très remarquée, l’attaquant vedette de la sélection a ouvert le feu sur la fédération, et menacé de rester à Tottenham cet hiver. Les mots sont cinglants, le ton est dur et les menaces précises. Interrogé par la radio togolaise Fréquence 1, le joueur s’en est violemment pris à la Ftf et notamment à son président Gabriel Améyi, accusé de ne pas mettre les joueurs dans les meilleures conditions alors que la compétition est imminente. « A la Fédération, chacun pense à sa poche. Nous n’avons pas été réglés pour les primes de voyage de campement. Certains en ont eu, d’autres ont eu la moitié, etc. C’est dommage. Je ne sais pas comment on peut préparer une Can comme cela », a lâché l’attaquant fétiche du  Onze togolais.

Et de poursuivre, « lorsque les joueurs viennent me voir pour me demander leurs primes après le match, j’ai eu honte parce que je ne savais pas quoi leur dire. Quand le président me dit qu’il n’y a pas de primes, et qu’après la rencontre j’appelle les membres de la Fédé marocaine pour savoir comment le match a été organisé et qu’ils me disent qu’ils ont versé 35.000 euros à Améyi pour ce match, je me suis demandé où allons nous ? L’argent est parti où ? Je ne sais pas. Est-ce que le président ment ?»

Très contesté dans son pays, le président de la Fédération togolaise n’a pas attendu longtemps pour répondre. Ce d’autant plus que, toujours dans cette interview, « Sheyi » a également accusé, à mots à peine couverts, le dirigeant de certains détournements. En l’occurrence, ceux des équipements Puma destinés aux joueurs de la sélection.”

Source : Révolte. Emmanuel Adebayor sur les traces de Samuel Eto’o Fils

 

Le cas de la Fecafoot

“(…)Campagne électorale ?

Alors que le football camerounais est en pleine dégringolade, l’annonce par la Fécafoot de la construction d’un nouveau siège grand luxe ne manque pas de provoquer la controverse. Décryptage.

«Un siège oui, mais pour quelle organisation de notre football qui a atteint un niveau de décrépitude indescriptible?», s’interroge sur un ton moqueur, Emmanuel Guidio, entraîneur de football et haut cadre au ministère des Sports et de l’éducation physique. Des voix s’élèvent également ailleurs pour souligner que les dirigeants de la Fecafoot auraient mieux à faire, notamment l’organisation des championnats de football de jeunes, aujourd’hui presque inexistants, la viabilisation et la construction des infrastructures, ou encore l’assainissement des moeurs dans les milieux de football. 

Au-delà de l’option du confort prise par Iya Mohammed et ses lieutenants au détriment de l’organisation et du développement du football camerounais, il est à noter que la pose de la première pierre intervient au moment où sonne la cloche des opérations de renouvellement des organes dirigeantes des Fédérations nationales sportives. Aussi, certains observateurs n’y vont-ils pas par quatre chemins pour dire qu’Iya Mohammed, à la tête de la Fécafoot depuis 14 ans, est déjà entré en campagne électorale pour sa propre succession. Les élections auront lieu en 2013, année où l’immeuble siège en construction est supposé être achevé. 

Dans ce contexte, Iya Mohammed qui s’ouvre rarement à la presse, même quand ses détracteurs l’assomment de toute part, a également tenté de se blanchir récemment dans un entretien accordé à Camfoot sur les magouilles, la corruption et autres tripatouillages érigés en mode de gestion à la Fécafoot. Pour ce match des urnes, le camp d’Iya Mohammed aura pour adversaires, entre autres, un candidat soutenu par certaines anciennes gloires au premier rang desquelles Roger Milla. Chaud devant !”

Source : Fecafoot: Pourquoi le futur siège choque

 

La compétence de leur organe executif

Samuel Eto'o“Les potentiels adversaires exigent une clause qui intègre la présence du quadruple Ballon d’or. La Fécafoot  qui reste dans sa  logique de combat contre Samuel Eto’o, refuse de s’enfermer dans la dite clause. Orgueil mal placé !

Mais enfin, il faudrait quelqu’un de plus sensé du côté de Tsinga pour mettre tous les responsables de la Fécafoot à l’école sous l’arbre. D’abord pour les instruire, ensuite pour leur dire comment fonctionne le football moderne. Les matches amicaux s’arrachent et se négocient sur la base de deux atouts majeurs. Le classement Fifa et le calibre des stars de l’équipe. Pour le cas du Cameroun, inutile de parler du Classement Fifa, les mêmes responsables de la Fécafoot ayant laissé le football dans les abysses. Le seul argument valable aujourd’hui pour se taper des matches amicaux sérieux, c’est Samuel Eto’o pour sa carrière et son talent.”

Source : Match amical : Samuel Eto’o donne des insomnies à la Fecafoot

Le cas de la CAF

“C’est le contraire qui aurait surpris. La Commission électorale de la Confédération africaine de football (Caf) a rejeté hier lundi 10 décembre lors d’une réunion du Comité exécutif au Caire, en Egypte, la candidature de l’ivoirien, Jacques Bernard Anouma.

Le Camerounais Issa Hayatou qui dirige l’instance faîtière du football africain depuis 1988, sera donc le seul candidat à sa propre succession lors de l’élection prévue en mars 2013 au Maroc.”

Source : CAF : Issa Hayatou seul candidat à sa propre succession 

 

“Mais le vieux Lion de 66 ans, au centre d’une cabale médiatique puisque vieillissant, n’entend pas céder aussi facilement son prestigieux fauteuil. Une attitude digne de certains autocrates du continent qui règnent sans partage depuis des décennies. Comme une lettre à la poste ! Réunis lundi 10 décembre 2012 au siège de la Caf au Caire (Egypte), les membres du Comité exécutif n’ont pas perdu de temps à parlementer. 
Comme il fallait s’y attendre, ils ont invalidé la candidature de l’Ivoirien Jacques Anouma pour les élections à la présidence de l’instance faitière du football africain. «En vertu des nouveaux textes, la liste retenue pour la présidence de la Caf est celle de Issa Hayatou», a brièvement déclaré le secrétaire général. Un rejet qui fait du président sortant, Issa Hayatou, l’unique candidat à sa propre succession pour un septième mandat à la tête de la Caf.”

Source : CAF: Issa Hayatou le camerounais installe une dictature au sommet de la CAF. Digne des chefs d’états de l’Afrique centrale.

 

Ce qu’il fallait retenir : Il existe encore des problèmes récurrents avec certaines fédérations concernant leur gestion financière. Certains présidents de fédération le sont depuis (trop) longtemps. Les dirigeants du football africain ne sont plus dans le “game”.

 

Voici ce que l’on pourrait se poser comme questions :
Pourquoi posent-elles problème un peu partout en Afrique ? Quel est leur rôle concrètement ? Est-il à redéfinir ? Sont-elles toutes puissantes ? Quel est le contre-pouvoir ?
Les dirigeants du football sont-ils au fait du fonctionnement du Football moderne ? Comprennent-ils les nouveaux enjeux ? Un peu de jeunesse et de renouveau ne seraient-ils pas conseillés ?
Quel est le système de vote des élections à la présidence d’une fédération/confédération ? N’est-il pas conçu pour rendre difficile le changement ? (Voir statuts). Ces fédérations ne sont-elles pas finalement à l’image de nos pays dits en démocratie ? Ne devrait pas limiter les mandats ?
Le football est organisé pour satisfaire un public, la population. Ne serait-il pas intéressant d’impliquer d’une manière la population dans les décisions importantes du domaine ? 
A vous  de tenter d’y répondre ou d’énoncer de nouvelles pistes de réflexions ou solutions ! Le football africain est malade, soignons le ensemble !

Continuons le débat sur notre page Facebook.

Lire les autres débats :

DOSSIER SPÉCIAL CAN 2013

Lire également : L’étrange jeu de Samuel Eto’o

A propos de la Fecafoot

Consulter les statuts de la Fecafoot

Issa Hayatou président à vie du football africain?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.