Home Design Architecture Décoration d’intérieur : L comme Lofts

Décoration d’intérieur : L comme Lofts

1
Décoration d’intérieur : L comme Lofts

 

Initialement situées dans des zones non résidentielles, ce concept d’espaces entièrement ouverts réalisé dans de vieux bâtiments inutilisés a été adopté quelques temps après par les galeries et autres endroits « hype » de la vie artistique des villes occidentales. Prisés par leur clientèle aisée séduite par ce type innovant d’habitations, les lofts, en dépit de la spéculation immobilière qui en a fait des produits immobiliers onéreux désormais, se sont peu à peu intégrés au paysage architectural urbain. Propension qui semble atteindre l’Afrique depuis peu avec notamment les récents programmes immobiliers des quartiers ultra-résidentiels de La Sablière à Libreville ou encore ceux des Amaldies à Dakar.

Style architectural atypique apparu vers la fin des années 1970, les lofts ont été « pensés » en premier par le monde artistique Underground. Anciens locaux industriels désaffectés dans lesquels peintres maudits de New York et musiciens déjantés élisaient domicile à coût moindre et trouvaient en toute liberté espace et volume sonore nécessaires à leurs créations.

Tendance Design affirmée aussi fonctionnelle que les duplex et autres qui parsèment pour notre plus grand plaisir Yaoundé et Douala (Cameroun), les lofts permettent d’obtenir dans des bâtiments anciens délaissés (ateliers, usines, entrepôts, garages, etc.) des volumes dégagés et lumineux par de grandes verrières ou baies vitrées. Structures industrielles ou commerciales non usitées, (mais pas toujours dans le cas des Almadies notamment où il s’agit de lofts primo-édifiés), ces logements peu conventionnels reposent sur le principe novateur « d’ouverture de l’espace tout en cloisonnant les lieux réaménagés de manière fluide afin d’aboutir à un maximum de confort ».

Exit les classiques plateaux froids et bruts qui résultaient auparavant de ces transformations de locaux professionnels en habitations obtenus par le biais d’un changement radical d’occupation. Place à des résidences en hauteur alliant ambiance feutrée et convivialité. Cosy par définition, les lofts devront en effet afin d’enrayer toute once d’atmosphère glaciale que l’on retrouve malheureusement dans ces habitations futuristes pour certaines, comporter un Esprit Maison. Aussi, plafonds-cathédrales démesurément hauts et couleurs réfrigérantes ou excessivement vives sont à déconseiller au profit de plafonds linéaires et de couleurs chaudes. Lesquels instaurent une sensation d’intimité indéniable. Blanc cassé, beige, gris perle, ocre, taupe, café, vert pomme pour les murs tout comme les splendides essences de bois africains divers tels que Azobé, Bubinga, Iroko, Padouk, Wengé entre autres sont à privilégier.

Décoration contemporaine épurée mais reflétant une âme et luminaires encastrés ou suspendus discrets sont de mise. Le détail devant primer sur l’accumulation. Abats-jours sobres et hauteur adéquate des plafonds feront des lofts, l’endroit cosy censé atténuer les tribulations rattachées aux professions des résidents de ces îlots de modernisme et quiétude que sont les yuppies (Young Urbans Professionnals) de New-York et San-Fransisco. Fondement établi par les traders qu’ils sont pour la plupart et autres powerful people qui en vertu des procédés capitalistes qui les distinguent, se sont radicalement approprié ce concept « grunge » à la base.

Elément aussi important que la luminosité, l’ameublement portera essentiellement sur des matières nobles. Lesquelles iront du cuir aux tissus chatoyants en concordance avec les murs et sols parquetés plébiscités par les propriétaires de ce type de logements. Rideaux unis de coloris éclectiques ou non et tapis peuvent sans crainte aucune, être anciens, dans l’objectif de contraster avec l’aspect initial peu chaleureux des condominiums. Terme supplémentaire pour désigner les lofts. Meubles européens, en fer forgé ou africains conçus directement dans le bois à l‘instar de ceux crées par le camerounais Michel Nzié et divers désigners de talent dont est empli le continent, seront à ce titre, d‘excellentes alternatives pour définitivement asseoir un climat ouaté certain.

Esprit Maison requis et cuisine équipée aux couleurs foncées ou intermédiaires indispensable. L’harmonie de ces espaces décloisonnés sera assurée en n’instaurant sur le palier initial de ces lieux enchanteurs composé d’un vestibule, d’un living et d’un dining-room distincts ainsi que des commodités accessoires communes, aucune différence de seuil.

Les appartements privés, à moins que l’on ne veuille édifier un triplex ou un penthouse comportant sur un second palier des espaces Détente spécifiques (voir ci-après), seront recensés au dessus du rez-de chaussée. Accessibles par une mezzanine des sols non vitrés par précaution, où pourront être configuré Espace High-tech et Informatique, Espace Musique ou Instruments et éventuellement un Carré Enfants et Famille. Bois sur pans des murs, tapis orientaux, tableaux géants de peintres camerounais reconnus quoiqu’onéreux comme Othéo ou Hervé Youmbi et photos noires et blanches en parimonie en continuité de l’ambiance feutrée et conviviale recherchée, en constitueront un aménagement approprié. Design et sobriété allant de pair.

Wandalement vôtre.

Kinjè Mb-J