mercredi, février 26, 2020
Moët

MoëtGrand Day

De Douala à Lagos, de Johannesburg à New York, Ibiza, Londres, Tokyo etc. le Cameroun se joint au reste du monde pour célébrer le 150ème anniversaire de son emblématique cuvée non millésimée à travers une méga soirée au Twist Night Club à Douala le 22 juin 2019...

Accueil Politique People : 7 phrases cultes de Paul Biya

People : 7 phrases cultes de Paul Biya

-

7-phrases-cultes-paul-biya-jewanda

Depuis des années (33 ans plus précisément) les camerounais sont habitués aux sorties médiatiques de Paul Biya au cours de discours ou d’interviews. Retour sur ces petites phrases au grand parcours…

Paul Biya n’est pas un “people” comme les autres. Du genre discret, le Président camerounais n’est pas fan des bains de foules, des échanges à rallonge ou des “tcha moi l’os gars”*. Mais alors, quand le père ouvre la bouche, il en émane souvent des locutions qui entrent au Panthéon de la phrase qui tue. Ces phrases, parfois assassines ou teintées de sarcasmes, sont souvent reprises par la rue camerounaise et en deviennent de réelles expressions populaires dans le langage courant du citoyen camerounais.

Mais quelles sont ces fameuses phrases désormais cultes que les Camerounais se plaisent parfois à reprendre au quotidien ? Nous en avons choisi 7, sans doute les plus connues, dont une bonne moitié sortie lors de moments très difficiles de l’Histoire du Cameroun… Place au #throwback… Action !

5
« Des apprentis sorciers », tapis dans l’ombre, dit Paul Biya.

27 février 2008. Les rues du Cameroun grondent. Des jeunes déchainés brûlent des pneus dans les carrefours, cassent tout sur leur passage. Paul Biya sort de son silence. Le visage grave, il prononce un discours où il condamne ces comportements et déclare que force reviendra à la loi. Mais il ne manque pas d’indiquer que ces jeunes sont manipulés. Par qui ? « Des apprentis sorciers, tapis dans l’ombre » dira Paul Biya.

 
Céline Victoria Fotsohttp://www.jewanda.com
Céline Victoria Fotso ou l'esprit créatif. Femme d'affaires, designer, community manager ou architecte événementielle, telles sont les multiples casquettes de Céline Victoria Fotso, fondatrice de Je Wanda Magazine. Riche de ses expériences multiples, cette diplômée en marketing de l'Ecole Supérieure du Management de l'Entreprise à Nice et de l'Académie des Arts et du Design de Montréal, se consacre depuis trois ans à bâtir un pôle d'activités créatives tourné vers l'Afrique. Ainsi, après avoir collaboré au sein des services marketing et commercial d'enseignes de renom telles que Yves-Saint Laurent, Michaël Kors, Smalto, ou encore Réminiscence, cette passionnée de culture, d'Afrique aux goûts éclectiques finit par créer Je Wanda & Co, un concept nouveau à mi-chemin entre le web, l'événementiel, la mode et la communication. Véritable fruit de sa brillante inventivité, et de son insatiable fascination pour les individus et la mixité des cultures. Son rêve : Incarner une Afrique jeune, moderne et en mouvement, loin des multiples stéréotypes négatifs récurrents. Autrement dit, montrer une Afrique résolument positive qui ose.

4 Commentaires

  1. Tant que Yaoundé respire le Cameroun vit.
    Donc chacun doit rentré dans sa région natale!
    Nous n’avions pas un President au Cameroun mais plutôt l’échantillon un President.

Laisser un commentaire

 

Ça chauffe en ce moment !

Wandayant !