Il est l’une des plus grandes stars africaines évoluant dans l’élite du championnat de Basketball américain Wanda Peeps. L’histoire du congolais Bismack Biyombo est assez particulière au regard du contexte actuel l’Afrique subit les revers de l’émigration clandestine. Avant de réaliser son rêve d’enfance, il a dû passer par l’enfer de l’aventure du désert. Aussi difficile que cela a été, il s’est accroché ! Zoom sur la trajectoire d’un champion qui n’a jamais abandonné… Un champion qui a échappé là où tant de nos frères ont péri.

Bismack Biyombo, la vedette du Basketball congolais qui joue en NBA était le sujet d’un documentaire ce dimanche sur Canal + Sport Wanda People. Durant ce documentaire de prés de 90 min, Canal + est précisément revenu sur le parcours du pivot des Magic d’Orlando 

A en croire la chaîne, il a été obligé d’aller en aventure très jeune pour pouvoir exploiter son talent. Son père témoigne : “Je suis allé voir un jour le match de mon fils. Il était tellement talentueux, tellement fort que je me suis dit, il ne doit pas gâcher un tel talent ici au Congo ! C’est à ce moment que j’ai pris la décision de l’envoyer en aventure.”

 

Il poursuit : “Je l’ai porté quelques jours plus tard dans ma jeep, je l’ai envoyé en aventure quand il n’avait que 16 ans. Il est parti par route ! Il est passé par le Soudan et s’est retrouvé au Yemen. C’est de là qu’il trouve enfin un club. J’ai eu des problèmes avec ma femme à cause de cela. Elle ne comprenait pas comment j’ai envoyé son fils en aventure.”

Effectivement, c’est grâce à ce courage que Biyombo obtient enfin une chance de devenir professionnel. Il est repéré à l’âge de 16 ans dans un tournoi au Yémen par Mario Palma, ancien entraîneur de la Jordanie et de l’Angola. Le début du bonheur !

Biyombo part alors jouer en Espagne, en troisième division (LEB Plata), au CB Illescas, club de la ville d’Illescas. Le club sert d’équipe B pour le Baloncesto Fuenlabrada qui évolue en Liga ACB. En avril 2011, il participe au Nike Hoop Summit. Il réalise le premier triple-double d’un Hoop Summit avec 12 points, 11 rebonds et 10 contres et bat le record de contres détenu jusque-là par Kevin Garnett.

Sa côte monte alors très rapidement pour le Draft 2011 de la NBA et il est placé dans les dix premiers par plusieurs spécialistes. Lors du draft, il est choisi en position par les Kings de Sacramento. Il est échangé immédiatement et rejoint les Bobcats de Charlotte. Le rêve de toute une vie !

Aujourd’hui, il n’a pas oublié d’où il vient, il revient constamment au Congo organiser des camps de Baskets afin de donner une chance aux potentiels talents. Il fait aussi beaucoup de dons dans les orphelinats et participe à la construction des infrastructures scolaires de sa communauté.

Dans ce contexte ou plusieurs africains aventurier sont vendus comme des marchandise en Libye, il n’est pas question d’encourager les autres à prendre la route. Par contre il est clair que si les dirigeants du continent créaient des meilleurs conditions pour la jeunesse, certains ne seraient pas tentés comme Biyombo de prendre la route pour réussir.

Chapeau champion !

S.N.B.

 

Laisser un commentaire