Wanda People, un pays de plus s’inscrit dans la lutte contre le fléau qu’est la dépigmentation de la peau. Le gouvernement du Soudan du Sud veut mette hors d’état de nuire les produits éclaircisssants. Pour cela, la Drugs and Food Control Authority (DFCA) vient d’interdir l’importation, la vente et l’utilisation de ces produits.

A l’exemple du Rwanda qui, en fin d’année 2018, se lançait officiellement dans la lutte contre les produits décapants, le Soudan du Sud a décidé de rejoindre la liste des pays africains d’ores et déjà engagés dans le combat pour la valorisation de la peau noire (Afrique du Sud, Kenya, Ghana, Côte d’Ivoire).

Mawien Atem Mawien, secrétaire général du DFCA, a déclaré que cette interdiction vise à protéger la population du Sud-Soudan contre l’exposition aux produits chimiques nocifs utilisés dans la fabrication de cosmétiques pour le blanchiment de la peau.

Ils peuvent en effet entraîner des problèmes rénaux, deslésions de la peau et du foie, ainsi qu’une augmentation des risques de cancerde la peau.

« Toutes les crèmes ouproduits blanchissants sont interdits d’importation sans l’approbation du DFCA,en particulier celles qui contiennent du mercure et de l’hydroquinone. Il est très clair que les produitscosmétiques sont utilisés au Sud-Soudan sans aucune discrimination en dépit dufait qu’ils contiennent tant de produits chimiques. Aucun produit cosmétique nesera importé en République du Soudan du Sud sans l’approbation du DFCA. Toutactivité non autorisée sera considérée comme illégal», a déclaré Mawien auxjournalistes mardi dernier.

L’organisme de réglementation a invité tous les distributeurs de produits cosmétiques du pays à obtenir de nouvelles licences d’importation dans le but de réglementer leurs activités. Le combat continue. Il faut espérer que cet élan pris par plusieurs pays africains inspirera le Cameroun à faire de même.

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here