La journaliste camerounaise Sidoine Monkam était la risée et l’objet de l’indignation des réseaux sociaux 237 hier Wanda Peeps. Son reportage déplacé sur l’affaire Vincent Fouda a révolté les internautes qui n’ont pas hésité à la descendre dans les forums. Sanctionnée par Vision 4, son frère Arno Monkam a volé à son secours. Il pointe du doigt les vrais responsables ! Un complot ?

Il n’a pas longtemps supporté le lynchage médiatique des internautes camerounais à l’endroit de sa petite sœur Wanda Peeps. Ano Monkam, le frère aîné de Sidoine Monkam a réagi sur Facebook pour dire sa part de vérité concernant cette affaire.

Il faut dire que la journaliste de Vision 4 est au cœur d’une grosse polémique depuis son reportage controversé sur la vidéo où Vincent Sosthéme Fouda apparaissait dans une altercation dans le plus simple apparat. Des images qui il faut le dire sont une atteinte à son intégrité physique et morale. D’ailleurs les internautes et les professionnels de la presse en étaient plus que choqués : « contraire à l’éthique et à la déontologie journalistique ».

Publicité

La sanction est tombée ! Vision 4 a relevé immédiatement la journaliste de ses fonctions à la télévision. Elle a été mutée à la radio Satellite FM, un autre média du groupe l’Anecdote. Par contre Jean Jacques Zé qui est directeur de l’information et présentateur du 20h n’a reçu aucune sanction. Une situation qui révolte les internautes.

A en croire son grand frère qui s’est adressé aux internautes sur Facebook, Sidoine Monkam a tout simplement été « piégée » par la chaîne Vision 4. Il explique : « Faut arrêter avec vos saladeries et vos cochonneries, c’est ma petite sœur de sang et je viens de l’avoir au téléphone. Le texte lui a été imposé par la rédaction du journal. Donc s’il faut s’en prendre à quelqu’un, c’est à la rédaction de Vision 4. Quand on veut régler ses comptes, on trouve toujours un bouc émissaire. Quelqu’un de Vision 4 règle ses comptes avec le professeur. »

Pour lui, Sidoine Monkam a juste exécuté les ordres. En réalité, si on s’en tient au mode de fonctionnement d’une rédaction, aucun sujet ne peut passer au journal s’il n’a pas été validé par le rédacteur en chef et le directeur de l’information. Dans ce sens, on peut effectivement comprendre que la journaliste n’est pas la (seule) fautive.

Dans une déclaration qu’il a rendu publique, le professeur Fouda a quant à lui expliqué les circonstances de son agression et a engagé un avocat afin de porter plainte. Il précise qu’il a été victime d’un coup savamment orchestré afin de nuire à son image.

Précisons enfin que plusieurs internautes ont trouvé curieux le fait que Vision 4 s’empresse de faire ce genre de reportage sur l’affaire Fouda pourtant elle continue à rester muette face au « Parfait Ayissi Gate« . Cette autre affaire dont le principal accusé est l’un des dinosaures de l’information de la chaîne.

S.N.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here